Les cours du pétrole repartent à la baisse sur fond de hausse persistante des stocks

le
3

Les stocks de pétrole brut américains ont continué à croître pour la troisième semaine consécutive d'après les dernières statistiques de l'EIA.
Les stocks de pétrole brut américains ont continué à croître pour la troisième semaine consécutive d'après les dernières statistiques de l'EIA.

Les stocks de pétrole américains continuent de croître et limitent la reprise des cours du pétrole, précédemment soutenus par l’annonce d’une nouvelle réunion exceptionnelle des pays membres de l'OPEP programmée en septembre.

Après avoir reperdu 20% entre leur pic de juin et le début du mois d’août, les cours du pétrole étaient parvenus à retrouver quelques couleurs au cours des dernières séances, soutenus par l’annonce d’une nouvelle réunion informelle des pays membres de l’OPEP qui se tiendra en septembre.

Certains membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole ont en effet renouvelé leur souhait d’une prochaine limitation de la production globale de la part du Cartel, de manière à soutenir les prix de l’or noir.

Mercredi 10 août, les statistiques relatives aux stocks hebdomadaires américains de pétrole brut ont néanmoins déçu les investisseurs et mis un terme au court rebond des cours du pétrole enregistré au cours des séances précédentes.

Les stocks américains ont de nouveau crû de 1,05 millions de barils la semaine dernière, alors que le consensus des analystes tablait sur une légère contraction. Il s'agit de la troisième semaine consécutive de hausse des stocks de pétrole brut américains après neuf semaines consécutives de baisse. En conséquence, les cours du WTI pour livraison septembre ont enregistré une contraction de 2,76% mercredi, le Brent ayant quant à lui perdu 2,58%.

Les cours de l’or noir poursuivaient leur mouvement baissier jeudi matin. À 41,40 USD/baril (-0,31%), le WTI s’approche de nouveau du seuil symbolique des 40 dollars en-dessous duquel la nervosité des investisseurs, très faible depuis le début de la trêve estivale, pourrait quelque peu se raviver.

Dans ce contexte, les valeurs du secteur pétrolier et parapétrolier étaient logiquement pénalisées. À 11h30, Vallourec perdait 2,58% et CGG 3,54%, tandis que les grandes capitalisations du secteur parvenaient à mieux résister, Total perdant seulement 0,27% tandis que Technip parvenait à progresser de 0,50%.

Les indices boursiers européens restaient quant à eux plutôt bien orientés jeudi matin, avec un gain de 0,57% pour le CAC40 à 11h30 et de 0,49% pour le Dax 30 allemand. Le FTSE 100 britannique perdait pour sa part 0,33% à la même heure.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot le jeudi 11 aout 2016 à 16:16

    Les Saoudiens n'ont pas de raison de couper si les US produisent toujours 50% de plus qu'il y a 3 ans... La baisse de prix du moment et la hausse de production est surtout due a Fort Mc Murray au Canada qui a repris... Puis a l'Arabie Saoudite, a l'Iran et l'Irak qui continuent de pomper.

  • d.e.s.t. le jeudi 11 aout 2016 à 13:33

    Un seul pays responsable , les bédouins saoudiens, passés trop vite du chameau à la Rolls pour devenir intelligents!

  • lemonphi le jeudi 11 aout 2016 à 12:23

    C'est pas tant les stocks de pétrole brut américain qui pèsent sur les cours. Ce que l'article omet est que les stocks US d'essence et de produits distillés ont baissé bien plus que ceux de bruts n'ont augmenté. Quant à l'offre, le record de production de l'Arabie Saoudite, les niveaux de production de l'OPEP ou les niveaux de stocks de l'OCDE ont un impact bien plus fort...