Les cours du jus d'orange plient sous l'abondance

le
0

(Commodesk) Selon les dernières données de l'USDA, la production d'oranges en Floride sera nettement en hausse de 4% cette année, à 146,5 millions de caisses. Quelques craintes de sécheresse ont été dissipées avec l'arrivée de précipitations depuis fin juin. Les rendements de production de jus d'orange concentré surgelé (FCOJ), à 1,63 gallon par caisse, seront en outre supérieurs à ceux de l'année dernière.  Au Brésil, la production d'oranges s'annonce exceptionnelle, au point que des oranges risquent d'être perdues faute de pouvoir être stockées.

Les stocks de début de saison étaient déjà importants, après une campagne 2010-2011 (2011-2012 pour le Brésil) nettement excédentaire pour le FCOJ. L'offre mondiale est donc abondante, alors même que la demande de l'Union européenne, déjà sur le déclin, montre des signes toujours plus importants de faiblesse, dans un contexte de baisse du pouvoir d'achat dans certains pays de l'Union.

L'Union européenne constitue le premier marché d'exportation pour le FCOJ, la production locale étant centrée sur la vente d'oranges fraîches. Le jus n'y constitue qu'un débouché d'appoint pour écouler des surplus de production d'oranges ou des fruits non conformes aux standards commerciaux. L'UE concentre ainsi plus de la moitié des importations mondiales - très majoritairement en provenance du Brésil, mais les Etats-Unis gagnent progressivement des parts de marché -, d'où l'influence de l'évolution de ses besoins pour les exportateurs.

Selon les derniers chiffres du Département des Agrumes de la Floride (FDOC), au cours des cinq premiers mois de 2012, les exportations de jus d'oranges de l'Etat ont chuté de 35% en volumes par rapport à l'année dernière, et la demande américaine est elle aussi sur le déclin. La progression de la demande dans les pays émergents ne devrait pas suffire à compenser cette désaffection dans les marchés matures. Le Brésil parvient toutefois à maintenir des niveaux d'exportation corrects : malgré une chute de 32% des ventes vers les Etats-Unis au premier semestre à cause de traces de fongicides, selon l'Association brésilienne des exportateurs de jus d'agrumes (CitrusBR), les exportations globales n'ont reculé que d'1,4%.

Toutefois, les prix sont un facteur important dans la consommation de jus d'orange, beaucoup plus élastique que la plupart des autres produits agricoles. La faiblesse de la consommation au premier semestre est partiellement liée au fait que les prix avaient atteint un pic en début d'année. Mais en six mois, du 23 janvier au 23 juillet, ils ont chuté de 50%, à 109,4 cents la livre de FCOJ sur l'ICE US. De quoi, peut-être, envisager une petite reprise de la demande.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant