Les cours de religion divisent l'Espagne

le
0
Le Parti socialiste, qui avait rendu cette matière facultative en 2006, dénonce une régression et accuse le premier ministre conservateur de légiférer sous la dictée des évêques et du Vatican.

«N'actualisez pas vos manuels, les nouveaux programmes ne dureront pas longtemps!» Avant même que la réforme de l'éducation ne soit votée par la droite, le secrétaire général du Parti socialiste (PSOE), Alfredo Pérez Rubalcaba, avertissait les éditeurs espagnols. Si elle revient au gouvernement, la gauche, aujourd'hui dans l'opposition, révoquera la loi qu'a présentée le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

Une fois de plus, une réforme - la septième en 35 ans - de l'enseignement primaire et secondaire coupe l'Espagne en deux. Aujourd'hui, ce sont les cours de religion qui cristallisent une division qui dure depuis le retour de la démocratie.

En Espagne, les grandes lignes de l'enseignement religieux sont fixées par un accord avec le Vatican - un quas...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant