Les cours de l'or en chute mais toute relative

le
0
Le cours de l'or reste en hausse de 25% en un an, après avoir dégringolé depuis une semaine, perdant 15% entre le 21 et le 26 septembre. Il partait de haut : le 6 septembre, il battait son propre record à 1895 dollars l'once (LMBA) à la clôture du fixing de l'après-midi à Londres. Et son cours ce jeudi était comparable à celui du 2 août dernier. L'or est devenu un actif financier comme les autres, très prisé des spéculateurs, en particulier asiatiques. Or, il s'agit d'une matière première, d'une valeur réelle et d'un marché de niche (peu important, entre autres à cause des contraintes liées à son stockage), par rapport aux marchés virtuels, rappelle Stéphane de la Serre, expert indépendant. Et plus le marché est volatile et les prospectives économiques incertaines, plus les gens se ruent sur des valeurs physiques. En outre, les investisseurs anticipant une conjoncture défavorable, leurs désirs de liquidités augmentent et par conséquent, ils ont tendance à vendre leur or. « Le niveau de l'or se situe dans une bulle spéculative », pour Stéphane de la Serre. Cette bulle durera tant que les cours de l'or seront supérieurs au prix plancher de 1.400 dollars l'once. Autre facteur qui agit sur les cours de l'or, les appels de marge des chambres de compensation. Ils ont été revus à la hausse au Chicago Mercantile Exchange. Les investisseurs étant obligés d'apporter plus de liquidités, l'or devient moins attractif en tant que produit de spéculation. A cela s'ajoute un phénomène induit, plus les cours sont hauts, plus on voit arriver de l'or de récupération sur les marchés, ce qui à terme peut l'alimenter à la baisse. Depuis 2002, les cours de l'or en dollars ont pris 20% par an, sauf en 2004 et 2008.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant