Les coulisses de la vie des Bleus au château de Clairefontaine

le , mis à jour à 09:04
0
Les coulisses de la vie des Bleus au château de Clairefontaine
Les coulisses de la vie des Bleus au château de Clairefontaine

Endroit mythique, Clairefontaine suscite parfois beaucoup de fantasmes. Pourtant, quand ils ne s'entraînent pas, les Bleus ont des occupations banales, comme tous les jeunes gens de leur âge.

Ping-pong, billard et « Football Manager ». A Clairefontaine, tout est fait pour meubler le temps libre des joueurs. Les jeux classiques côtoient les nouveautés. « Les Bleus — c'est une tradition — excellent au tennis de table, et sont parfois aussi habiles avec leurs mains qu'avec leurs pieds. Paul Pogba y règne en maître, et personne ne peut l'ignorer tant le milieu de terrain se charge d'organiser sa propre publicité. »

« Pour ceux qui délaissent la petite balle blanche, direction le billard. Cette fois, le patron se nomme Laurent Koscielny, suivi de près par Hugo Lloris. » Mais les nouvelles générations se repaissent surtout des jeux vidéo. « Tout le monde s'y abandonne, même les anciens et les gardiens de but, toujours un peu dans leur coin en temps normal. Au Brésil, en 2014, ou cet été pendant l'Euro 2016, les tournois de Fifa sur PlayStation ou Xbox vont rythmer le quotidien et enflammer quelques soirées. Encore une fois, Paul Pogba détient les galons du meilleur manieur de joystick, avec un Antoine Griezmann pas loin derrière. Pendant ce temps-là, Blaise Matuidi et Mamadou Sakho assurent les commentaires en direct. Football Manager est l'autre grand jeu à la mode. Vous vous plongez dans la peau d'un entraîneur avec l'équipe de votre choix, que vous montez de A à Z. Antoine Griezmann adore y endosser l'habit du coach, comme Eliaquim Mangala ou Paul Pogba, qui choisit souvent de diriger Manchester City, une équipe où il est parfois annoncé durant les périodes de mercato. Yohan Cabaye appartient aussi à cette catégorie de fans. L'ancien joueur du PSG s'était rendu au Brésil avec tout l'équipement nécessaire pour poursuivre sur place sa passion, calant dans ses bagages un écran, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant