Les corps des enfants de Mandela transférés dans son village natal

le
0
Les corps des enfants de Mandela transférés dans son village natal
Les corps des enfants de Mandela transférés dans son village natal

Les dépouilles de trois enfants de Nelson Mandela, exhumés sur ordre de justice, ont été remises en terre jeudi à Qunu, natal du héros de la lutte contre l'Apartheid, où il veut être enterré. Quinze membres de la famille du grand homme avait saisi le tribunal de Mthatha pour exiger le retour de ces dépouilles dans le lieu originel de leur inhumation.

En 2011, Mandla Mandela, l'ainé des petits-enfants du prix Nobel de la paix, avait en effet décidé de déplacer les sépultures de ses aïeux à Mvezo, un village dont il est le chef traditionnel. Selon la presse sud africaine, Mandla souhaitait faire de son village un lieu touristique autour de la mémoire de son grand père. Une décision qui n'a pas fait l'unanimité dans la famille. Mandla est maintenant poursuivi pour « manipulation de sépulture ». Le juge qui a statué sur l'affaire a qualifié sa conduite de « scandaleuse » et de « malveillante ».

Secrets de famille

Alors que le patriarche est entre la vie et la mort, son petit-fils a organisé aujourd'hui jeudi une conférence de presse diffusée en direct à la télévision pour régler ses comptes. Il estime qu'il s'est « retrouvé attaqué par des individus qui cherchent une minute de gloire et d'attention médiatique à [ses] dépens ». Il s'en est ensuite pris directement à plusieurs membres de sa famille. Il a déclaré que son demi-frère Ndaba était né d'un couple adultère et a accusé son frère Mbuzo d'avoir « fécondé [sa] propre femme ».

Cette médiatisation de la famille Mandela n'est pas nouvelle. L'image de Nelson Mandela est utilisée à toutes les sauces par ses petits-enfants. On compte déjà une marque de T-Shirt et une marque de vin. Une émission de télé-réalité intitulée «Being a Mandela » (être une Mandela) a même mis en scène deux descendantes du héros national. L'idée de ce programme était de montrer le quotidien de deux jeunes filles-bien nées en Afrique du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant