Les corps de Palestiniens tués divisent le gouvernement israélien

le
1

JERUSALEM, 1er novembre (Reuters) - Israël refuse de restituer à leurs familles les corps de Palestiniens tués depuis le 1er octobre à moins qu'elle ne s'engagent à célébrer des funérailles modestes, a déclaré dimanche le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, provoquant un vif débat au sein du gouvernement israélien. Les violences se poursuivent en Cisjordanie où un Palestinien a été tué après avoir tenté de poignarder un soldat près d'Hébron. Plus tard dans l'après-midi, un conducteur a foncé sur une patrouille de garde-frontières, renversant trois d'entre eux avant de prendre la fuite. Les trois hommes, dont les vies ne semblent pas ménacées, ont été hospitalisés et la police est à la recherche de l'assaillant. Depuis le 1er octrobre, au moins 66 Palestiniens ont été tués par les balles par les forces israéliennes. Sur ce chiffre, 39 étaient des assaillants, souvent armés de couteaux. D'autres ont été tués au cours de violentes manifestations. Onze Israéliens ont de leur côté perdu la vie, poignardés ou abattus par des Palestiniens. Depuis la semaine dernière, Israël a restitué les corps de huit Palestiniens alors qu'il n'était pas inhabituels qu'ils soient conservés pour priver les familles de funérailles. Ces restitutions, quoiqu'accompagnées de consignes fermes sur l'organisation des enterrements, divisent au sein du gouvernement de Benjamin Netanyahu dont les ministres les plus à droite jugent qu'il s'agit d'une erreur. Dimanche, Moshe Yaalon a expliqué qu'Israël souhaitait initialement conserver les corps mais que la crainte de provoquer un lourd ressentiment chez les Palestiniens a incité les autorités à changer d'avis. (Dan Williams,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berco51 le lundi 2 nov 2015 à 08:10

    Ils gardent les corps pour améliorer la situation sans doute. Du grandiose encore une fois.