Les coptes du Nil orphelins de Chenouda III

le
0
Parmi trois candidats, le nom de son successeur sera tiré au sort par un enfant exprimant «le souhait de Dieu».

Le parvis de la cathédrale Abbasseya au Caire est noir de monde. Les yeux humides, en habit de deuil, des dizaines de milliers de fidèles arrivent de toute l'Égypte pour se recueillir devant la dépouille du patriarche Chenouda III, décédé samedi soir à l'âge de 88 ans. «Il était comme notre père. Personne ne pourra le remplacer!», se lamente Mina, étudiant en pharmacie.

Formant la plus importante communauté chrétienne dans le monde arabe, les Coptes représentent entre 6 et 10% des 85 millions d'Égyptiens. La plupart d'entre eux n'ont connu que le pape Chenouda III. Arrivé à la tête du clergé en 1971, le patriarche a très vite marqué une rupture avec ses prédécesseurs, débordant de son rôle de guide spirituel pour se mêler de politique. Ses relations avec Anouar el-Sadate sont houleuses. En 1981, il est assigné à résidence au monastère de Wadi Natrun, au nord du Caire, pour avoir ouvertement critiqué le régime et dénoncé sa politique discriminatoire

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant