Les copies de médicaments biologiques, un marché balbutiant

le
0
Les copies de traitements issus des biotechnologies, appelées biosimilaires, représentent moins de 10% des prescriptions en Europe, précise l'Agence française du médicament.

Les copies des médicaments issus des biotechnologies, c'est-à-dire les médicaments fabriqués à partir de cellules ou d'organismes vivants, s'implantent lentement. Elles représentent moins de 10% des prescriptions en Europe, a indiqué vendredi l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Et sept seulement sont commercialisés en France.

Ces copies de biotechs, appelées également «biosimilaires» couvrent trois gammes de traitements: les EPO (Binocrit, Retactit) contre l'anémie, le filgrastim (Nivestim, Zarzio, Ratiograstim, Tevagrastim) utilisé dans le traitement des neutropénies et une hormone de croissance (Omnitrope). Un biosimilaire d'anticorps monoclonal (infliximab), un traitement issu des biotechnologies utilisé pour la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn, sera...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant