Les contribuables des Alpes-Maritimes ne peuvent plus joindre les impôts par téléphone

le
7

Afin de favoriser les démarches sur internet, la direction des Finances publiques des Alpes-Maritimes invite ses agents à paramétrer leur répondeur afin que les usagers ne puissent plus leur laisser aucun message vocal. En octobre, une note interne avait déjà pour but de limiter le traitement des demandes dans les centres.

Les contribuables deviennent-ils indésirables dans les centres d'impôts des Alpes-Maritimes? Dans un courrier électronique interne daté du 11 décembre, la direction départementale des Finances publiques demande explicitement aux agents de reparamétrer leur boîte vocale «en répondeur simple» afin que les messages des contribuables ne puissent plus être enregistrés. Cette consigne a été adressée à tous les chefs de service du département, comme le relate France Bleu Azur ce mardi.

Concrètement, tous les répondeurs des services de la direction départementale des Finances publiques des Alpes-Maritimes annoncent désormais le message suivant: «Centre des Finances publiques, bonjour, toutes nos lignes sont occupées, veuillez rappeler ultérieurement. Pour toutes vos démarches, vous pouvez vous connecter à impots.gouv.fr». Le but de cette manœuvre est simple: dissuader les usager de solliciter les services des impôts et, par conséquent, favoriser les démarches sur internet. Sollicitée par Le Figaro, la direction n'a pas souhaité réagir.

Ce mardi matin, un rassemblement de salariés a eu lieu à 9h30 devant le siège des impôts à Nice. Au-delà de cette mesure, la vingtaine d'agents présents contestaient la suppression de 45 postes cette année dans les centres des Alpes-Maritimes qui devait être actée ce mardi en comité technique local. Le secrétaire départemental du syndicat Solidaires des Finances publiques, Pascal Mandine, juge que «la coupe est pleine». Visiblement agacé par les décisions de la direction, il regrette de ne pas pouvoir «assurer la mission de service public pour laquelle [les agents font] ce métier».

En octobre dernier, une note interne départementale du cabinet du directeur départemental des Alpes-Maritimes incitait déjà les agents à orienter les contribuables vers les services en ligne et à limiter le traitement des demandes dans les centres. La direction avait alors réagi en arguant que le but de cette mesure était d'expliquer que les centres des Finances publiques sont une administration moderne et numérique, et que beaucoup de démarches peuvent être réalisées sans venir aux guichets.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fdha le jeudi 14 jan 2016 à 21:07

    insupportable...voire encore "pire"faut-il aller devant le Conseil Constitutionnel pour obliger le Service Public à fournir les prestations qui lui incombent?

  • chmey671 le mercredi 13 jan 2016 à 17:52

    @grinchu1 ... Heureusement qu'il vous reste ce type de raisonnement pour être satisfait de votre vie ....... quand on ne sait pas on s'abstient de critiquer souvent à tord

  • grinchu1 le mercredi 13 jan 2016 à 09:30

    ils pourront en faire encore moins qu'aujourd'hui...

  • chmey671 le mercredi 13 jan 2016 à 08:55

    A tous ceux qui se plaignent de "trop plein de fonctionnaires" voilà le résultat parce que malheureusement le économies de personnels ne se font pas là ou on devrait (haut fonctionnaire par exemple ou placards dorés)... voilà ce qui vous attends pour TOUS les services publics ...Peut être que le jour ou vous serez confronté au problème vous arrêterez de critiquer stupidement

  • s.thual le mardi 12 jan 2016 à 23:52

    C est nous qui payons ne l oubliez pas...charger la barque c est augmenter nos impôts sans améliorer la rentabilité. Dans ce cas pour faire des économies, supprimons les téléphones extérieurs pour les impôts et contrôlons les appels personnels......et puis impôt à la source,,,,quelles économie pour les contribuables sur tous les plans,,,

  • M5647540 le mardi 12 jan 2016 à 17:24

    Pourquoi pas, en toute franchise, je suis pour favoriser les démarches par internet mais, normalement, cela doit s'accompagner de gain de productivité et, in fine, des coûts moins important. Or, en regardant le montant total des impots à payer chaque année, je constate que je n'en paye pas moins. Alors, faire tout cela afin de garder le train de vie pantagruélique de l'Etat, c'est déjà beaucoup moins entendable !

  • frk987 le mardi 12 jan 2016 à 16:51

    Dans ce cas rien que pour les emboucaner ce serait par courrier.....ils auront le plaisir de rédiger une réponse et de timbrer la lettre.