Les consignes du FN pas suivies au 2e tour

le
1
Que ce soit contre Chirac ou pour faire battre la gauche, les directives de Jean-Marie Le Pen depuis 1988 n'ont pas été suivies d'effet dans les urnes.

Le Front national est depuis longtemps un acteur incontournable de la présidentielle. En 1988, pour sa deuxième participation au scrutin, Jean-Marie Le Pen avait récolté 14,34% des voix du premier tour. Arrivé quatrième derrière Mitterrand, Chirac et Barre, les éventuelles consignes de vote étaient très attendues par les deux finalistes. Malgré son estime pour Mitterrand et l'inimitié qui l'opposait à Chirac, Jean-Marie Le Pen avait choisi de se placer en arbitre du deuxième tour et appelé à voter pour «le candidat résiduel»:

Appelant le 1er mai à «ne donner aucune voix à Mitterrand», Le Pen avait cherché à faire battre la gauche. Sans succès: Mitterrand, président sortant, remporte le 8 mai le second tour avec 54,02% des voix.

En 1995, Le Pen laisse libre cours à son différend avec Chirac. La mise en place du «cordon sanitaire» par la droite républicaine le rend furieux: après le premier tour, fort de ses 15%, le président du Front national décl

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Al2175 le mardi 24 avr 2012 à 20:44

    ont se moquent des commentaires vaseux des journaleux !!