Les conservateurs européens contre un nouveau délai pour Paris

le
13
LES CONSERVATEURS EUROPÉENS HOSTILES À UN NOUVEAU DÉLAI POUR LA FRANCE SUR SON DÉFICIT
LES CONSERVATEURS EUROPÉENS HOSTILES À UN NOUVEAU DÉLAI POUR LA FRANCE SUR SON DÉFICIT

BERLIN (Reuters) - Plusieurs responsables conservateurs européens, dont leur candidat à la présidence de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sont montés samedi au créneau pour s'opposer à l'octroi d'un nouveau délai à la France pour ramener son déficit public sous 3% du PIB.

L'ex-Premier ministre luxembourgeois et ancien président de l'Eurogroupe a estimé à Berlin, où il assistait à un congrès de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière allemande Angela Merkel, que Paris ne devait pas bénéficier d'un "traitement de faveur" après avoir déjà obtenu un sursis de deux ans.

Le nouveau ministre français des Finances, Michel Sapin, a indiqué jeudi que la France entendait renégocier le rythme de consolidation de ses finances publiques, alors que la CE lui a donné l'an passé jusqu'en 2015 pour ramener son déficit public sous 3% du PIB.

Le déficit français était encore de 4,3% en 2013, date à laquelle Paris devait initialement se conformer aux nouvelles règles européennes.

"La France doit respecter les mêmes règles que Chypre, que Malte, que tous les autres", a déclaré à des journalistes Jean-Claude Juncker, candidat du Parti populaire européen (PPE) à la présidence de la CE en mai.

"Je ne pense pas que la France bénéficiera à nouveau d'un traitement de faveur", a insisté le dirigeant luxembourgeois.

Son rival socialiste pour la direction de la Commission, le président allemand du Parlement européen, Martin Schulz, a exprimé vendredi un avis contraire.

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a de son côté déclaré au Frankfurter Allgemeine Zeitung que la volonté de la France de renégocier ses engagements était un "acte grave" de la part d'un pays qui devrait montrer l'exemple à l'Europe.

"Nous devrions rappeler la France à ses responsabilités", a-t-il dit en écho aux propos tenus dans le même journal par le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, le Finlandais Olli Rehn, qui a jugé que les règles n'étaient "pas faites pour être contournées".

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui recevra Michel Sapin lundi à Berlin, a appuyé la ligne dure prônée par Olli Rehn, sans toutefois exclure totalement une certaine souplesse.

(Andreas Rinke; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1845933 le samedi 5 avr 2014 à 16:18

    Refuser un nouveau délai à la France, c'est faire un pas important vers la dissolution de la zone euro. En conséquence, au final des discutions, la France aura son nouveau délai... jusqu'à la prochaine fois.

  • M4145072 le samedi 5 avr 2014 à 16:17

    C'est quoi cet article qui sous-entend qu'il y aurait des arrière-pensées dans la demande du respect des engagements pris. Toute personne sensée est d'accord avec ce que disent ceux qui sont cités dans l'article.

  • viniciou le samedi 5 avr 2014 à 16:10

    bien ils restent plus qu a hollande de sortir de l union euro.......ah oui mais pour cela faut avoir du courgage

  • loto77 le samedi 5 avr 2014 à 16:07

    Nos pauvres gouvernants sont coincés : se fâcher avec l'UE ou avec nous en nous présentant des mesures anti-déficit forcément impopulaires voire pire ?Mais nul ne les a forcés à se présenter aux élections .

  • lubek le samedi 5 avr 2014 à 15:54

    Si on ne le fait aps, ils franchissent les Ardennes ? Ils attaquent ?

  • jbellet le samedi 5 avr 2014 à 14:39

    c'est normal qu'ils soient contre la France de flan.by n'a entamé aucune des réformes promises

  • M9385839 le samedi 5 avr 2014 à 14:20

    les socialos beneficient en plus de taux planchers grace a draghi, ce que sarkozy n avait pas.....

  • ceriz le samedi 5 avr 2014 à 14:17

    1ere source d'économie! : les politiques!

  • M4760237 le samedi 5 avr 2014 à 14:17

    Normal : les socialos ont déjà bénéficié de sursis. Maintenant, ils prennent du ferme.

  • ceriz le samedi 5 avr 2014 à 14:17

    les politiques et élus sont trop nombreux et trop payés!!!!!!!! pour aucun résultat! faites appel aux gens de le société civile! les politiques sont des has been: juste bons à gérer leurs avantages!!!!!politique:la seule profession ou on est payé sans obligation de résultat!!!!!!:faut en virer la moitié! y en a du ménage à faire dans la politicaille.........

Partenaires Taux