Les conseillers en investissements financiers se regroupent

le
0

(NEWSManagers.com) - Les deux associations professionnelles, l'AACIF ( Association des Analystes Conseillers en Investissements Financiers) et la CCIFTE (Compagnie des Conseillers en Investissement, Finance et Transmission d'Entreprise) ont fusionné pour créer l'ACIFTE, une association professionnelle de référence des CIF, qui regroupe des spécialistes exerçant, à titre principal, auprès d'entreprises, d'entrepreneurs ou d'institutionnels, une activité de conseil en investissement, finance et transmission, selon un communiqué publié le 3 juin.

La nouvelle entité marque la volonté des deux associations professionnelles de " converger pour faire émerger une association professionnelle de tout premier plan, représentative du conseil en finance d'entreprise, tant auprès des dirigeants que de l'univers institutionnel" . L'effet mutualisation permettra au nouvel ensemble d'être " plus visible, plus fort et ainsi de mieux se faire entendre" .

La mission de l'ACIFTE est d'accompagner les dirigeants pour les aider à renforcer la sécurité de leurs opérations en s'appuyant sur un corps professionnel garant des fondamentaux qui conditionnent l'intégrité du marché.

L'association rassemble désormais plus de 250 entreprises et 360 professionnels, institutionnels et spécialistes du monde de l'entreprise, tous habilités à conseiller les institutionnels et les entreprises. Ainsi, ces spécialistes sont à même de s'engager, pour chacune de leurs missions, sur l'ensemble des dispositions légales et réglementaires applicables, directement ou indirectement, à leurs activités de conseil.

Pour Jean-René Griton, président de cette nouvelle association (et précédemment président de l'AACIF), " le principal enjeu est de promouvoir l'offre de nos adhérents auprès des entreprises dont les attentes en matière de financement sont criantes. Au-delà des problématiques de commercialisation des produits financiers sur lesquelles l' AMF a beaucoup oeuvré, il existe d'autres sujets sur lesquels les pouvoirs publics doivent se pencher et qui concernent globalement les différents modes de financement des PME/ETI."

" Nous avons vocation à répondre aux problématiques des émetteurs, et plus précisément des entreprises non cotées. Celles-ci sont insuffisamment dotées en fonds propres ou en financement à long terme. Or, aujourd'hui, les banques conseillent de moins en moins les chefs d'entreprises dans la mesure où elles se désengagent de ce type de financement pour de multiples raisons, notamment prudentielles" , commente Gilles de Courcel, vice-président de cette nouvelle structure (et précédemment président de la CCIFTE).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant