Les conquistadors du football brésilien

le
0

Le 12 octobre 1492, alors qu'il pense découvrir un nouveau passage vers les Indes et ses richesses, Christophe Colomb pose le pied en Amérique. Quatre siècles plus tard, deux autres Européens débarquent au Brésil avec des crampons, un ballon et la ferme intention d'éduquer au football les populations locales.

Souvent décrit comme le pays du football, le Brésil n'a pourtant rien à voir avec la création de ce sport. Imaginé et né bien loin de Rio de Janeiro, en Grande-Bretagne, le football a mis bien du temps à s'exporter vers les Amériques. Pour que naisse la passion du ballon rond de l'autre côté de l'Atlantique, il a fallu attendre la toute fin du XIXe sicèle et les voyages de deux hommes, un Écossais et un Brésilien d'origine écossaise. Si, aujourd'hui, le Brésil est largement considéré comme "o país do futebol", les joueurs de la Seleção doivent beaucoup à Thomas Donohe et Charles Miller, sans qui le pays n'aurait sans doute jamais commencé à tâter le cuir. Problème, les défenseurs de l'un comme de l'autre se livrent aujourd'hui une guerre historique pour savoir qui est le vrai père du football brésilien. Alors même que les deux ont eu une influence incontestable sur le développement de ce sport loin de ses terres natales. Au même titre que le club de football d'Exeter, qui a fait naître la Seleção, quelques années plus tard.

Thomas Donohe : les premiers pas, les premières passes


l'Écossais Thomas Donohe naît à Busby, à quelques kilomètres de Glasgow, en 1863. Comme un symbole, la première Football Association est créée à Londres juste après sa naissance. Longtemps joueur dans sa ville natale, Thomas est contraint de quitter son Écosse natale avec sa famille pour trouver un travail au Brésil, un pays alors en pleine expansion industrielle. "Il est allé à Bangu, une ville assez loin du centre de Rio. Aujourd'hui, il faut compter une heure et demie pour aller là-bas depuis le centre-ville. Lui, il travaillait dans une usine de coton", raconte aujourd'hui Aidan Hamilton, historien du sport et auteur de plusieurs livres dont An Entirely Different Game, The British Influence on Brazilian Football, publié en 1998. Déboussolé puisqu'il doit vivre sans musique ni football, Thomas Donohe fait tout pour se sentir chez lui à Bangu. Mais il ne trouve sur place aucun ballon, pas de chaussures, rien ! Il demande alors à sa femme qui doit le rejoindre de lui rapporter ses crampons et un ballon.

"Il a instauré le football pour les ouvriers. C'est très important, il a lancé le processus. Il a introduit le football dans un contexte particulier, celui du monde ouvrier", détaille Aidan Hamilton, faisant référence au premier match…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant