Les confidences du médecin de Vincent Lambert

le
0
Les confidences du médecin de Vincent Lambert
Les confidences du médecin de Vincent Lambert

À l'heure où le sort de son ex-patient est entre les mains de la justice européenne, le docteur Eric Kariger livre un témoignage de l'intérieur sur l'affaire Vincent Lambert. Dans un livre à paraître demain, il explique comment la prise en charge dans son service de cet homme en état végétatif jugé irréversible est devenue un débat national sur la fin de vie. Il décrypte comment il s'est retrouvé au c½ur d'une tempête judiciaire, spectateur et victime collatérale d'une famille se déchirant autour du maintien en vie ou non de son patient. « Je voulais laisser une trace de la manière dont j'avais vécu les choses, non pas pour me justifier, précise Eric Kariger, mais pour dire voilà ce qu'est aussi l'engagement d'un médecin au quotidien. » Après sa mise en disponibilité du CHU de Reims, il dit se reconstruire en tant que directeur médical d'un groupe de maisons de retraite et suivre l'« affaire » « comme un citoyen, avec toutefois une attention particulière ».

« Vincent est un martyr »

Nombre de références bibliques ponctuent l'ouvrage. Le docteur Eric Kariger est un catholique pratiquant, opposé à l'euthanasie. L'image qui, selon lui, colle le mieux à la situation de Vincent Lambert est celle, forte et symbolique, du « martyr qui sert la société contre son gré ». « Le martyr, c'est bien lui, puisqu'il se retrouve condamné à vivre une vie qu'il n'aurait pas souhaitée, bafoué dans ses volontés. Mais, a contrario, cet homme, qui était aussi un soignant (NDLR : il était infirmier psychiatrique), est en train de faire avancer ce droit à une médecine et à des soins équilibrés, entre le droit à la vie et le droit à ne pas subir d'obstination déraisonnable. »

« Rachel, l'épouse exemplaire »

« Elle est présente au quotidien. Elle a arrêté son travail d'infirmière pour accompagner Vincent. Elle l'a suivi. Passez-moi l'expression : elle accomplit un parcours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant