Les confidences de François Hollande

le
1
Le candidat PS est confiant, mais doit calmer les inquiétudes de ses partisans.

François Hollande ressort du café un ticket d'Euro Millions à la main. Sait-on jamais, c'est vendredi 13. Pourtant, quelques instants auparavant, le candidat socialiste l'avait assuré aux journalistes dans le bus qui l'emmenait de Clermont-Ferrand à Moulins pour poursuivre sa campagne: «Je ne suis pas superstitieux.» Même s'il reconnaît que, les jours d'élection, il fait «les bureaux de vote dans un certain sens, du plus favorable au moins favorable».

À neuf jours du premier tour, Hollande est confiant, mais ses électeurs le sont moins. Sur le marché de Moulins, dans le café où il s'arrête un moment, comme la veille à Clermont-Ferrand, les mêmes messages d'encouragement lui sont adressés. «Tenez bon», «Ne lâchez rien», «Allez jusqu'au bout». Pas vraiment l'ambiance parfois délirante de 2007 autour de Ségolène Royal. «Il n'y a pas de ferveur au sens déification, note-t-il. Mais l'enthousiasme, il est là. On va le voir surtout entre les deux tours. C'es

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M610716 le vendredi 13 avr 2012 à 19:01

    le délire sur royal a mené à l'échec ,la pondération sur hollande a de meilleure chance n'en déplaise au Fig dont il a bien fait de refuser un entretien