Les confidences au vitriol de Ségolène Royal

le
1
Dans des déclarations chocs au Point , Ségolène Royal montre qu'elle n'oublie rien du passé et distribue les coups à l'adresse de ses camarades socialistes. L'intéressée a démenti les propos qui lui sont attribués.

Ségolène Royal se positionne plus que jamais en électron libre du PS. Après une année difficile marquée par sa défaite aux législatives, la présidente de la région Poitou-Charentes revient déterminée et très sûre d'elle. Elle le fait savoir haut et fort au Point , qui dresse son portrait dans le numéro à paraître jeudi. «J'ai subi une succession de frappes. Les gens m'ont vue souffrir, être trahie. Et résister. Je suis un personnage sécurisant.» «J'ai un charisme, de l'aura, du poids. Au gouvernement, je leur ferais de l'ombre», déclare l'ex-candidate à la présidence, qui affirme avoir refusé le poste de garde des Sceaux en 2012.

La socialiste revient sur le perchoir de l'Assemblée nationale qu'elle briguait alors. «Ça n'aurait pas é...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mercredi 4 sept 2013 à 21:18

    Elle exude le mépris et la méchanceté. C'est un drôle de panier de crabes, ce PS.