Les confessions d'Evra

le
0

Patrice Evra revient dans un long entretien accordé au JDD sur sa carrière en Bleus. L'arrière gauche se livre et évoque notamment Knysna ou cet Euro 2012 qu'il garde en travers de la gorge.

Patrice Evra qui livre ses confessions dans la presse, c'est suffisamment rare pour en profiter. Deux jours après avoir surpris tous les journalistes français en se présentant en conférence de presse aux côtés de Didier Deschamps, l'arrière gauche des Bleus revient dans le JDD sur les grands moments de sa carrière en équipe de France. Le latéral de la Juve évoque évidemment Knysna (« Je n’ai pas été suspendu parce que j’étais le meneur, mais parce que j’étais le capitaine »), et assure que, comme pour tous les autres gros coups qu'il a reçus depuis qu'il porte le maillot de son pays, il est ressorti plus fort de cet épisode. « Evra, on l’a enterré, déterré, guillotiné, crucifié… », lâche l’ancien Monégasque, encore plus ironique au moment de se remémorer l’Euro 2012. « Merci Laurent Blanc », déclare Evra avec beaucoup de second degré. L’international français de 35 ans assure qu’il a digéré cette mise à l’écart brutale de l’équipe après le premier match du tournoi, contre l’Angleterre. Pourtant, la cicatrice ne semble pas vraiment refermée. « J'ai été écarté de l'équipe sans raison, sans discussion. La veille du quart contre l'Espagne (0-2), j'étais titulaire… Je lui ai laissé plusieurs messages. J'espère qu'on se recroisera. » Nous, on espère que « Tonton Pat » aura la bonne idée de se confier plus souvent à l'avenir.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant