Les commissions de gestion ont baissé de 5 % en 2011

le
0
(NEWSManagers.com) - Les commissions de gestion enregistrent en 2011 une baisse de 5% pour s'établir à 9 927 milliards d'euros, au niveau de 2009, indique l'Autorité des marchés financiers ( AMF) dans son rapport annuel 2011 sur la gestion d'actifs pour compte de tiers. Elles sont principalement composées de commissions de gestion d' OPC à hauteur de 88% du fait de la prépondérance de la gestion collective par rapport à la gestion individuelle et de la nature de celle&" 8208;ci, le solde étant composé à 8% de commissions de gestion sous mandat et à 4% de commissions de gestion de fonds d'investissement de droit étranger. Cette répartition au sein des commissions de gestion est relativement stable au regard des années précédentes (91% de commissions de gestion d' OPC en moyenne sur les quatre dernières années, et une légère baisse de -1% en 2011 par rapport à 2010).

La part des commissions de gestion d' OPC dans les produits d'exploitation est en légère baisse par rapport aux années précédentes : alors qu'elle s'établissait en moyenne à 78% sur les quatre dernières années, elle s'élève à 74% en 2011. Ce sont d'ailleurs les commissions de gestion d' OPC qui expliquent la légère baisse de la part des commissions globales dans le chiffre d'affaires.

Le rapport souligne que l'évolution des taux de commissionnement est très révélatrice du difficile retour aux conditions de rémunération d'avant crise. Avant 2007, la croissance des actifs allait de pair avec la hausse des taux de commissionnement moyens. L'année 2008 a marqué une chute de huit points de base du taux de commissionnement ainsi qu'une baisse des actifs gérés moyens. Depuis 2010, on observe une décorellation entre le montant des actifs gérés et le taux de commissionnement qui s'inscrivait l'an dernier à 0,59% contre 0,60% en 2010 et 0,68% en 2007.

Si l'on s'intéresse aux taux de commissionnement en fonction du type d'actionnariat, on constate que sur les trois dernières années les plus faibles taux sont enregistrés par les sociétés ayant le plus de poids à savoir celles détenues par les établissements de crédit (0,48% en 2011) qui représentent 60% des actifs totaux sous gestion et 53% des effectifs totaux. Ceci s'explique d'une part par le fait que la taille de ces groupes leur permet d'amortir certaines charges notamment le middle et back office sur le volume d'encours gérés, leur permettant ainsi certaines économie d'échelle. D'autre part, ces sociétés gèrent un volume important de fonds monétaires affichant un niveau de commissions intrinsèquement plus modeste et ont une clientèle institutionnelle sur laquelle le taux de commissionnement est généralement moins élevé.

A l'inverse, les sociétés entrepreneuriales représentant 5% des actifs gérés et 29% des effectifs totaux sont de plus petites structures évoluant sur des marchés de niche plus axés sur les fonds actions ou diversifiés à l'attention des clientèles particulières. Leur taux de commissionnement s'établit à 1,48% en 2011.

Les commissions de surperformance s'élèvent à 329 millions d'euros en 2011 répartis entre la gestion collective (304 millions d'euros, soit une baisse de 52% par rapport à 2010) et la gestion individuelle (25 millions euros, soit une diminution de 23% par rapport à 2010). On constate que 26% des sociétés exerçant une activité de gestion collective touchent des commissions de surperformance contre 19% des sociétés pour la gestion individuelle. Le prélèvement de commissions de surperformance est principalement le fait des sociétés entrepreneuriales qui représentent la moitié des sociétés ayant obtenu des commissions de surperformance en gestion collective et individuelle.

Par ailleurs, ce sont les sociétés de gestion filiales d'établissements de crédit qui concentrent les commissions de surperformance, à hauteur 70% pour la gestion collective et 40% pour la gestion individuelle. Ces pourcentages reflètent le fait que ces sociétés gèrent d'importants encours.

On notera qu'en gestion collective, les sociétés entrepreneuriales concentrent 13% des commissions de surperformance contre 25% en gestion individuelle. Quant aux sociétés de gestion filiales d'entreprises d'assurance et mutuelles, dont l'activité est très liée à la gestion des mandats, elles concentrent 35% des commissions de surperformance en gestion individuelle contre seulement 13% en gestion collective.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant