Les commandes de voitures neuves ont limité la casse en février

le
0
BAISSE DES COMMANDES DE VOITURES NEUVES EN FRANCE EN FÉVRIER
BAISSE DES COMMANDES DE VOITURES NEUVES EN FRANCE EN FÉVRIER

PARIS (Reuters) - Les commandes de voitures neuves en France ont baissé de 7% en février, selon la publication spécialisée La lettre VN Auto K7, les promotions des constructeurs permettant de limiter la casse sur le marché automobile.

La baisse, calculée d'une année sur l'autre, s'est accentuée par rapport à janvier (-1%), mais reste toutefois très loin de l'effondrement de 57% enregistré en décembre, ajoute La Lettre VN Auto K7 publiée mercredi en se fondant sur une enquête réalisée auprès de 34 groupes de distribution automobile.

"La distribution avait démarré en janvier avec des portefeuilles de commandes proches du zéro absolu. Ainsi la reconstitution partielle des portefeuilles restera la bonne information du mois : malgré les vacances d'hiver et les intempéries, les clients ont plutôt fréquenté les show-rooms", écrit la publication mensuelle, dont Reuters a obtenu une copie.

Les immatriculations de mars, dont les commandes de février constituent un des indicateurs avancés, seront publiées lundi 2 avril. Après l'effondrement des commandes en novembre et décembre, les immatriculations avaient dégringolé de 20% environ sur un an en janvier et en février.

Selon La Lettre VN, les commandes de voitures ont chuté de 18% le mois dernier chez Renault, après une baisse de 6% en janvier, reflet du déstockage du réseau qui commande moins au constructeur.

Peugeot et Citroën s'en tirent mieux, PSA ayant réorienté une partie de ses ressources financières vers ses offres après la déconvenue commerciale de la fin 2011 : les commandes de la marque Peugeot ont baissé de 8%, après une hausse de 12% en janvier, et celles de Citroën se sont repliées de 7% (après +10%).

Interrogée sur ces tendances, une porte-parole de Renault a rappelé l'estimation du groupe d'une baisse de 8% à 9% de ses commandes en France sur les deux premiers mois de l'année et d'une contraction de 9% à 10% pour toutes les marques en février.

Début mars, la marque Peugeot évoquait pour sa part un rebond de 7% de ses commandes sur deux mois. Aucune précision sur le seul mois de février n'a pu être obtenue dans l'immédiat auprès des deux marques de PSA.

MARS, MOIS DÉTERMINANT

Parmi les constructeurs généralistes, c'est Fiat qui a le plus souffert le mois dernier (-25%), tandis que VW a encore tiré son épingle du jeu avec une hausse de 8% des prises de commandes de la marque Volkswagen le mois dernier.

Selon La Lettre VN, les distributeurs de la marque allemande affichent un portefeuille très élevé de plus de 100 jours de commandes, contre moins d'un mois chez Renault.

La plupart des constructeurs savent que le premier trimestre sera mécaniquement difficile puisqu'à la même époque en 2011, les ventes étaient encore dopées par les commandes passées avant la fin des dernières primes à la casse.

La semaine dernière au salon de l'automobile de Genève, le directeur commercial de Renault Jérôme Stoll reconnaissait que l'année avait débuté moins bien que prévu en Europe. Mars, l'un des plus gros mois de l'année pour le secteur avant le retour des beaux jours, sera déterminant pour les ventes et les commandes du trimestre, mais Jérôme Stoll estimait d'ores et déjà que les commandes toutes marques confondues pourraient baisser de 20% sur les trois premiers mois de l'année.

"Le canal à surveiller fortement est celui des ventes aux sociétés, VP et VUL", écrit La Lettre VN. "Car si les immatriculations résistent encore bien à ce jour, tous les professionnels constatent un fort attentisme, des reports de décisions d'achats et une prolongation de nombreux contrats de location."

Selon la publication, un retournement de tendance s'est opéré sur ce marché durant la deuxième quinzaine de février et l'attentisme prévaut depuis. Le comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) attend sur l'ensemble de l'année une baisse de 10% du marché automobile français, après un recul de 2,1% en 2011.

Les immatriculations de véhicules utilitaires légers, qui dépendent directement de l'activité économique locale et qui ont signé en janvier et février leurs premières baisses depuis plusieurs mois, risquent elles aussi de rester mal orientées. Selon La Lettre VN, les commandes de VUL en France ont baissé de 8% en février.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant