Les combats se poursuivent sur tous les fronts en Ukraine

le
0

* Kiev annonce la mort de 13 soldats et 7 civils * Affrontements les plus intenses à Debaltseve * L'OSCE impute aux rebelles l'échec des pourparlers * Les habitants pris entre deux feux (Actualisé avec réaction des rebelles, appel de Hollande, Porochenko et Merkel, et bilan à Donetsk) par Natalia Zinets et Aleksandar Vasovic KIEV, 1er février (Reuters) - Au lendemain de l'échec des pourparlers de paix de Minsk, les combats se poursuivent sur tous les fronts en Ukraine et ont coûté la vie à treize soldats ukrainiens et au moins dix civils au cours des dernières 24 heures, a déclaré Kiev. "Les combats se poursuivent sur toutes les sections de la ligne de front", a déclaré dimanche Volodimir Poliovy, porte-parole militaire, lors d'une conférence de presse. Tout espoir d'enrayer rapidement la nette recrudescence des violences constatée depuis deux semaines dans l'est de l'Ukraine s'est envolé samedi avec l'échec de négociations pour parvenir à un nouveau cessez-le-feu. ID:nL6N0VA0E6 Des émissaires de l'Ukraine, de la Russie et des séparatistes prorusses se sont rencontrés pendant plus de quatre heures à Minsk sous les auspices de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Mais aucun accord sur une nouvelle trêve n'a pu être conclu, Kiev et les rebelles s'accusant mutuellement d'avoir saboté la réunion. Dans un communiqué, l'OSCE a imputé la responsabilité de l'échec de la réunion aux séparatistes, déclarant qu'ils avaient refusé de discuter des principaux points d'un plan de paix, tel que la mise en place d'un cessez-le-feu, et qu'ils avaient cherché à redéfinir le protocole de sortie de crise signé le 5 septembre dernier dans la capitale biélorusse. "Leurs représentants (...) n'étaient pas en position de discuter de la proposition présentée par le groupe de contact trilatéral. En fait, ils n'étaient même pas prêts à discuter de la mise en place d'un cessez-le-feu et du retrait des armes lourdes", a dit l'OSCE. Récusant ces déclarations, les rebelles se sont dits prêts au dialogue, mais rejettent tout ultimatum de Kiev tant que l'armée bombarde des zones civiles, rapportent leur agence de presse DAN. Contacté samedi soir, le Kremlin a jugé prématuré de commenter l'issue de la réunion. François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le président ukrainien Petro Porochenko ont quant à eu appelé à "un cessez-le-feu immédiat", a-t-on appris dans l'entourage du président français. "Le président vient de s'entretenir pendant plus de 45 minutes avec Mme Merkel et M. Porochenko. Ils ont fait un point de la situation en Ukraine et regretté l'échec des discussions du groupe de contact hier (samedi) à Minsk", a-t-on précisé. Les rebelles, qui ont exclu il y a dix jours de négocier une trêve, se disent prêts à poursuivre leur offensive jusqu'aux frontières administratives des régions de Donetsk et Louhansk, qui forment le Donbass dans l'est de l'Ukraine. SANS EAU, NI ÉLECTRICITÉ, NI CHAUFFAGE Selon le porte-parole de l'armée à Kiev, les affrontements sont particulièrement intenses autour de Debaltseve, un noeud ferroviaire contrôlé par les forces gouvernementales au nord-est de Donetsk. "Il n'est pas question d'encerclement ou de coupure de nos principales lignes de communication", a affirmé Volodimir Poliovy. "Nous contrôlons la situation." Sept civils ont été tués dimanche dans des bombardements sur la ville, qui est privée d'eau et d'électricité depuis plusieurs jours, a déclaré le ministère ukrainien de l'Intérieur. Trois civils ont également trouvé la mort dans des bombardements dans la région de Louhansk, selon les autorités régionales. Les forces séparatistes ont conquis une partie de la localité de Vouhlehirsk, près de Debaltseve, qui était dimanche la cible de pilonnages incessants selon un journaliste de Reuters. A Slaviansk, ville sous contrôle de Kiev, des réfugiés arrivaient en autocar de Debaltseve et d'autres villes sur la ligne de front. Viatcheslav Gourov, un retraité, a déclaré que la moitié de la ville d'Avdiivka avait été totalement détruite. "On ne savait même pas qui tirait. Les rebelles et la garde nationale se battaient. Il n'y a pas d'eau, pas d'électricité, pas de chauffage, rien." Dans le bastion rebelle de Donetsk, où des tirs d'artillerie ont retenti toute la journée, trois civils ont été tués, selon l'administration locale. Un journaliste de Reuters a pu voir le corps d'un jeune homme gisant dans une rue du centre-ville, tué par les éclats d'un obus tombé contre un mur à proximité. Nadejda Petrovna, une voisine âgée de 68 ans, a déclaré que l'homme tentait de fuir quand l'obus a explosé devant lui. "C'est comme ça tous les jours, les gens se font tuer. On dort tout habillés pour pouvoir courir à la cave. C'est devenu insupportable", raconte-t-elle. Le soulèvement séparatiste dans l'est de l'Ukraine, qui a débuté en avril dernier, a fait plus de 5.000 morts selon les Nations unies. (avec Lina Kushch, Alexander Winning à Moscou; Jean-Stéphane Brosse et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant