Les colonies de vacances menacées

le
0
La Cour de Justice de l'Union Européenne juge que le contrat des moniteurs de vacances n'est pas conforme, ne prévoyant pas de «période minimale de repos journalier» ni de temps de repos compensateur.

Les «jolies» colonies de vacances vont-elles devenir un luxe? Une espèce en voie de disparition? Ces séjours pour enfants, qui ont connu leur âge d'or dans l'entre-deux-guerres, ont entamé un lent déclin dans les années 1990. Aujourd'hui, les structures qui les organisent se disent menacées par un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) remettant en cause le statut des «monos». Le Conseil d'État, qui tranchera la question cet automne, pourrait rendre obligatoire un temps de repos journalier de onze heures pour les animateurs afin de se mettre en conformité avec le droit européen. Cette perspective fait blêmir les acteurs du secteur de l'accueil collectif de mineurs, qui craignent de devoir engager plus de moniteurs pour organiser des roulements. Le prix de ces vacances en groupe pourrait grimper de 15% à 30%, avertissent différents responsables du secteur. Ces derniers dénoncent également la mort annoncée des associations organisatrices les plus

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant