Les collectivités espèrent un geste financier de Hollande jeudi

le
3
    PARIS, 31 mai (Reuters) - Les collectivités locales espèrent 
un geste financier de François Hollande jeudi pour alléger le 
poids des baisses de dotations décidées pour réduire le déficit 
public de la France. 
    Le chef de l'Etat, qui s'exprimera devant le 99e congrès des 
maires, laisse entendre qu'il annoncera une mesure en ce sens, 
après le milliard d'euros déjà débloqué pour cette année. 
    "Permettez que je réserve mes annonces au congrès des 
maires", dit-il dans un entretien publié mardi dans Sud Ouest. 
    "Je suis attentif à la situation des collectivités locales 
mais je suis aussi le garant des engagements que j'ai pris au 
plan européen" pour le redressement des finances publiques, 
ajoute-t-il, ce qui peut laisser supposer que la baisse des 
dotations prévue pour 2017 ne sera pas totalement annulée. 
    Les collectivités ont vu leur dotation fondre de près de 3,7 
milliards d'euros en 2015 et 2016, avant une baisse du même 
ordre prévue en 2017, afin de réduire le déficit sous 3% du PIB. 
    "Nous attendons aujourd'hui de l'Etat qu'il réponde présent 
lorsque l'avenir des territoires est en jeu", a dit le président 
de l'Association des maires de France (AMF), François Baroin, 
sur France Info, avant l'ouverture du congrès des maires mardi. 
    "On n'est pas un concert de pleureuses qui allons quémander 
de l'argent auprès de Bercy ou auprès de l'Etat, c'est de 
l'argent que l'Etat doit aux communes", a-t-il ajouté, demandant 
une nouvelle fois d'annuler la baisse prévue pour l'an prochain. 
     
    L'INVESTISSEMENT EN JEU 
    Si les dotations sont encore réduites de 3,7 milliards, les 
impôts locaux risquent de bondir et l'investissement local de 
s'effondrer, a poursuivi l'ancien ministre des Finances. 
    François Hollande reconnaît dans l'entretien à Sud Ouest une 
baisse des investissements "comme souvent après des élections 
municipales". "Mais je suis conscient que ça ne doit pas durer." 
    La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, estime quant à 
elle que "cette baisse de dotations n'est plus soutenable". 
    "Il faut rallumer les moteurs de l'investissement public 
(...) sur des sujets stratégiques qui concernent le logement, la 
transition énergétique et écologique, les transports, etc.", 
ajoute-t-elle dans un entretien publié mardi dans Les Echos. 
    Le président du Sénat, Gérard Larcher, plaide pour un 
étalement des réductions de dotations imposées aux 
collectivités. 
    "Nous pensons que c'est sur les communes, c'est sur les 
départements que pèse l'essentiel de l'effort demandé, surtout à 
un moment où on voit le président de la République en train de 
redistribuer un peu partout, jour après jour", a-t-il dit sur 
Sud Radio et la chaîne Public-Sénat.   
    "Je crois que (les collectivités territoriales) doivent 
participer à ce retour à l'équilibre du pays. Tout ceci est 
brutal. Le Sénat depuis 2014 (...) propose un étalement pour 
permettre aux communes de s'adapter", a-t-il ajouté. 
 
 (Jean-Baptiste Vey, avec Simon Carraud, édité par Yves 
Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 6 mois

    Baroin n'a pas à se plaindre, la droite à laquelle il appartient veut faire 100 Milliards d'Euros d'économies. ALORS !!!!!CAMEMBERT !!!!

  • M999141 il y a 6 mois

    En ce moment, il suffit de réclamer pour être satisfait : chercheurs, enseignants, jeunes ... pour une réélection, les caisses sont pleines ?

  • M940878 il y a 6 mois

    les collectivités ont deux fois trop de personnels

Partenaires Taux