Les clients du site adultère Ashley Madison craignent désormais la mise à nu

le
0
Les clients du site adultère Ashley Madison craignent désormais la mise à nu
Les clients du site adultère Ashley Madison craignent désormais la mise à nu

Son mariage "mort", Michael s'inscrit sur le site de rencontres adultères Ashley Madison, le juge mauvais et le quitte. "Mais ils n'ont pas effacé mes informations", rendues publiques après un piratage, raconte cet Américain qui a désormais peur des conséquences pour ses enfants ou son travail."Honnêtement le site est mauvais. C'est difficile de rencontrer des gens réels. Je parie que la plupart des utilisateurs, même ceux qui ont payé, n'ont pas réussi à avoir de liaison", estime Michael, qui a fréquenté le site pendant trois mois et travaille pour une ONG dans le Midwest."Beaucoup comme moi ont trouvé ça vain et ont quitté le site peu après leur inscription -- mais (le site) n'a pas effacé nos informations", explique-t-il.Aujourd'hui Michael vit dans la peur après la publication des informations de son compte sur Ashley Madison, parmi les données de 32 millions d'autres utilisateurs rendues publiques suite à un piratage survenu en juillet.Il ne s'inquiète pas pour son mariage -- sa femme et lui se sont séparés et un divorce est en cours -- mais pour l'impact que pourraient avoir ces révélations sur ses enfants et son travail."Ma crainte c'est que tout ça va faire des ravages dans ma vie. J'ai un bon travail, mais beaucoup (de mes collègues) sont croyants. Je pourrais être licencié", affirme-t-il."Ce que j'ai fait est mal et je le regrette profondément. Mais perdre mon travail et risquer de faire plonger mes enfants dans la pauvreté n'est sans doute pas la punition adéquate"."Je m'inquiète aussi de la suffisance des hackers et de la joie exprimée par certains sur les réseaux sociaux". - Rien de privé sur internet - "La vie est courte. Ayez une liaison", tel est le slogan d'Ashley Madison. Mais les conséquences de son piratage pourraient avoir la vie longue.Deux suicides pourraient être liés au piratage du site, a annoncé lundi la police de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant