Les clés de Colombie-Uruguay

le
0
Les clés de Colombie-Uruguay
Les clés de Colombie-Uruguay

Leader incontesté, l'Uruguay se rend à Barranquilla pour affronter la Colombie. La nouvelle défense colombienne, la forme du duo d'attaque de la Celeste et des conditions de jeu difficiles, telles sont les clés de ce choc.

Une défense colombienne enfin stable ?


Pendant longtemps, en Colombie, le nom d'Eder Balanta faisait rêver. Après la retraite de Yepes, les Cafeteros se cherchaient un défenseur central pour accompagner Jeison Murillo.


Sauf que l'ancien de River Plate, annoncé dans tous les grands clubs d'Europe à chaque mercato, est désormais au FC Bâle, dans un léger anonymat. La faute à deux saisons catastrophiques en Argentine et à des blessures récurrentes. Les dirigeants du club argentin, qui ont refusé de nombreuses propositions – pensant certainement vendre le jeune Colombien pour une fortune – ont accepté sans broncher les 3,5 millions d'euros du club suisse lâchés lors du mercato d'été. Alors qu'il ne s'est jamais imposé sous les ordres de José Pékerman (seulement six sélections), Balanta vient de voir une autre promesse du football local lui passer devant : Yerry Mina. Le défenseur central de Palmeiras a connu sa première sélection contre le Paraguay. Auteur d'une prestation convaincante, il devrait être aligné une nouvelle fois pour contrer le duo infernal uruguayen, Suárez et Cavani. À 22 ans, Mina a déjà un avenir tout assuré. Le Barça a négocié avec Palmeiras une option d'achat prioritaire de neuf millions d'euros. Le président du club brésilien a même reconnu que Palmeiras n'était qu'un tremplin pour la carrière du prodige. En difficulté à l'Inter Milan, Jeison Murillo peut lui aussi craindre pour sa place. Depuis trois matchs, Oscar Murillo (aucun lien familial), défenseur de Pachuca, est aligné par le sélectionneur de la Colombie. Contre l'Uruguay, il devrait logiquement être titulaire. Pékerman aurait-il enfin trouvé la bonne formule ?


Barranquilla, terrain hostile


Jouer sous les trente degrés de Barranquilla et sur une pelouse souvent mauvaise n'est pas chose aisée. Lors de ces éliminatoires, seule l'Argentine est venu s'imposer à l'Estadio Metropolitano Roberto Meléndez. Pire, l'Uruguay n'y a jamais gagné. La dernière fois que la Celeste s'est rendue dans la capitale du département d'Atlántico, les…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant