Les clés d'Allemagne - Ukraine

le
0
Les clés d'Allemagne - Ukraine
Les clés d'Allemagne - Ukraine

Ils sont champions du monde en titre, ils arrivent en France avec un statut de favoris et viennent pour ajouter un titre à leur palmarès. Les Allemands entament leur parcours 2016 contre l'Ukraine, à Lille, et doivent se rassurer dès ce premier match.

Assumer son statut


Quand on est champions du monde, on se doit d'être en forme au rendez-vous suivant. L'Allemagne est attendue comme une grande équipe, la favorite naturelle de la compétition, contre laquelle chaque équipe a envie de faire un petit exploit. Anatoliy Tymoschchuk, en bon ancien de la maison Bayern, a prévenu : " Personne n'est imbattable. " L'Ukraine veut se la jouer coupeur de tête. Étant donné les derniers résultats de la Mannschaft, cela ne paraît pas si improbable. Thomas Müller l'admet, " pendant les qualifications, nous n'avons pas eu les résultats escomptés ". Le Bavarois assume malgré tout. Oui, l'Allemagne est forte. Elle est même, selon lui, " meilleure qu'il y a deux ans. Nous avons un groupe plus complet, plus brillant ". Il ne reste plus qu'à le prouver avec un résultat qui ne laisse pas de doute. Comme contre le Portugal, il y a deux ans. L'entrée en matière aura de l'influence sur le reste de la compète.

Trouver une défense


Rüdiger s'est cassé le genou en préparation, remplacé d'urgence par Jonathan Tah. Hummels est toujours en convalescence. Höwedes est revenu il y a quelques semaines déjà, mais manque de temps de jeu. Personne dans l'équipe n'a véritablement l'habitude de jouer latéral droit. La problématique défensive pour Jogi Löw est certaine. Depuis deux ans et la retraite de Lahm, chaque rassemblement a donné lieu à des scènes de chaos sur la base arrière. Pourtant, il y a un axe immuable qui constitue un début solide : Hummels et Boateng. Une association forte et équilibrée, qui sera en place dès le deuxième match contre la Pologne. Avant cela, il faut trouver une autre idée : pour le côté gauche, Hector tient (logiquement) la corde. À l'autre bout, cela peut être Höwedes ou Mustafi, selon le compagnon de route choisi pour aller avec Boateng. À moins qu'Emre Can soit encore testé en latéral ? Il n'y a en fait qu'une seule certitude : ce sera plus du bricolage qu'autre chose, malgré la confiance affichée par Neuer en conf de presse. " Dimanche, nous aurons une très bonne défense. " C'est le moment de le montrer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant