Les cinq travaux de Schelotto à Boca

le
0
Les cinq travaux de Schelotto à Boca
Les cinq travaux de Schelotto à Boca

Après un passage éclair à Palerme, Guillermo Barros Schelotto a pris les rênes de Boca Juniors. Une équipe qui reste sur deux titres, mais qui passe par une crise majeure. Idole du club en tant que joueur, le Mellizo (le jumeau, en VF) est face à l'un des plus grands défis de sa jeune carrière d'entraîneur. Après un nouveau match nul obtenu à la dernière minute en Bolivie (1-1, contre Bolivar, en Copa Libertadores) à la dernière minute, voici les tâches qui attendent Barros Schelotto.

Carlos Tévez, fin de l'idylle ?


Avant d'accepter l'offre de Daniel Angelici, président de Boca Juniors, Guillermo Barros Schelotto et son frère jumeau et assistant ont posé quelques conditions. Dont une majeure : Carlos Tévez ne doit pas interférer dans la prise de décisions du nouveau staff. Comprendre, l'idole des Xeneizes devra mettre de coté l'habitude qu'il a prise sous le mandat d'Arruabarrena. Depuis son retour à la maison, l'ancien de la Juve commande : de la tactique aux habitudes alimentaires du groupe, Carlitos donne son avis sur tout. Celui qui a partagé l'attaque avec Tévez entre 2002 et 2004 a décidé de mettre fin à cette prise de pouvoir. Depuis le début de saison, Carlos Tévez est en difficulté, sur et en dehors du terrain.

Tévez évoque un départ de Boca
S'il a porté Boca sur ses épaules l'année passée, Tévez accuse logiquement le coup. À son positionnement et rôle tactique toujours pas défini, l'Apache doit aujourd'hui subir les conséquences d'une saison dernière sans repos. Tévez souffre chroniquement du genou (épanchement de synovie) mais est toujours aligné. Son impact s'en ressent : sur les quatre derniers matchs, il est resté muet. En dehors du terrain, Tévez vit aussi une période compliquée. Photographié en mauvaise compagnie (avec les membres éminents de la barra de Boca), l'ancien de la Juve a dû se défendre devant la presse argentine. Surtout, il a pour la première fois évoqué un départ en juin de Boca, après des déclarations de son agent. Bon, on parle tout de même d'un mec qui a refusé 22 millions d'euros pour un an. Qui aime vraiment son club quoi.

Redonner de la confiance aux jeunes


En deux ans à la tête de Boca Juniors, Rodolfo Arruabarrena a mis fin à une longue période de disette, avec un doublé coupe-championnat. Mais ce, sans jamais convaincre. Un plan de jeu flou, une…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant