Les cinq recettes du titre du Barça

le
0
Les cinq recettes du titre du Barça
Les cinq recettes du titre du Barça

De retour aux commandes domestiques, le Barça met fin à une parenthèse d'une saison. Après un début de saison poussif à défaut d'avoir été raté, les Blaugrana ont su se ressaisir pour finir en boulet de canon. En voici les principales raisons.

  • L'altruisme de ses individualités


    Pour beaucoup, ce millésime barcelonais se résume à la folle entente de ses trois individualités. À dire vrai, Neymar, Suárez et Messi ont, après la période d'acclimatation de l'Uruguayen, écrasé de leurs talents les quelques poches de résistance de la Liga. Leur bilan comptable relève de l'incroyable. À eux trois, ils totalisent la bagatelle de 78 pions et de 36 passes décisives en championnat - un total qui gonfle à 114 buts toutes compétitions confondues. Tandis que Messi se taille la part du lion (40 réalisations et 19 caviars), le Brésilien répond par le troisième meilleur registre d'Espagne (22 et 6) et l'Uruguayen par le statut de meilleure recrue du Royaume (16 et 11). Plus que ces chiffres à rendre insomniaques les fans de statistiques, leur entente se mue en alchimie, chaque ballon étant transformé en or. Un constat que partage Ángel Cappa : "Ce sont de véritables phénomènes. Suárez s'est intégré merveilleusement, Messi est de nouveau capable de faire ce qu'il veut et Neymar est un joueur qui, par moment, peut sembler mal jouer, mais qui voyage toujours avec le danger dans ses pieds."

  • Les revenants Piqué et Alves


    Plus qu'une attaque dont tout un chacun attendait monts et merveilles, l'inconnu du début d'exercice azulgrana résidait dans sa défense. Frivole lors de l'époque du Tata Martino, elle était devenue le gros point faible du Camp Nou. Víctor Valdés parti vers des cieux pluvieux, l'inconnue quant au niveau de son successeur a rapidement été levée par un Claudio Bravo en lice pour le trophée Zamora. "Je pense que c'est également grâce au travail défensif et à la sécurité des portiers et des défenseurs que les attaquants peuvent profiter de beaucoup d'options de but" : si Gerard Piqué peut aujourd'hui se permettre une telle sortie médiatique, c'est bien grâce à un retour au premier plan. À l'instar de son comparse du flan droit, alias Dani Alves, le central blaugrana a retrouvé une solidité perdue. Abonné au banc de touche lors des prémices de la saison, il a su se botter le cul et revenir à son meilleur niveau. Autrement dit, celui d'un des meilleurs centraux au monde. Pour Dani Alves, la donne est similaire. Maillon faible de l'arrière-garde, il a retrouvé un statut plus en conformité avec ses…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant