Les cinq raisons principales de l'échec du RSA activité

le
0
La prestation, inventée par Martin Hirsch en complément du RMI pour inciter les chômeurs à accepter un emploi et permettre aux travailleurs pauvres à sortir de la pauvreté, n'a jamais atteint sa cible.

Le RSA activité partait, à l'origine, d'une bonne intention: faire en sorte qu'un chômeur (ou un bénéficiaire du RMI) soit certain de gagner plus en acceptant un emploi ou une activité qu'en restant dans l'assistanat et permettre aux travailleurs pauvres, grâce à cette «prime», de franchir le seuil de pauvreté. L'idée était tellement géniale que Martin Hirsch, l'ex-président d'Emmaüs France qui en avait fait depuis 2005 son cheval de bataille, l'avait vendu aux deux finalistes de la présidentielle de 2007: Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal.

Même étendu aux travailleurs pauvres, le RSA activité - qui devrait être refondu prochainement avec la prime pour l'emploi, à la suite de la remise d'un rapport ce lundi soir à Jean-Marc Ayrault - est un échec patent. M...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant