Les cinéphiles embrassent les possibilités du numérique

le
0
28,6% des cinéphiles français expliquent ressentir des émotions plus intenses face à un film en relief. Deklofenak/Shutterstock.com
28,6% des cinéphiles français expliquent ressentir des émotions plus intenses face à un film en relief. Deklofenak/Shutterstock.com

(Relaxnews) - Les nouveaux usages se multiplient, avant, pendant et après le film, ressort-il d'une étude Médiamétrie.

Face à un parc de salles bientôt entièrement numérisées, les cinéphiles français semblent se conformer et apprécier l'étendue des possibilités offertes par les nouvelles technologies, au sens large. Réserver ou acheter sa place en ligne est un service connu et intéressant pour plus de quatre spectateurs sur cinq (83%). Moins de la moitié (49,5%) sait en revanche qu'il est possible de recevoir son billet directement sur son smartphone ou sa tablette, renvoyant le ticket papier au rang d'antiquité.

Dans les salles, l'irruption du numérique satisfait neuf spectateurs sur dix. Près de 40% des personnes interrogées désignent une meilleure qualité d'image et de son. Au sujet de la 3D, 58,1% des sondés jugent que le relief permet davantage d'immersion. Plus d'un tiers (35%) confère à la 3D un réalisme accru. Idem pour le sentiment de modernité (33,8%). Plus d'un cinéphile sur quatre (28,6%) pense même que la 3D offre des émotions intensifiées.

L'évolution de l'équipement des salles, en matière d'immersion, intéresse fortement les Français, semble-t-il, puisque 65% d'entre eux ont indiqué être intéressés par des technologies comme les fauteuils dynamiques, bougeant en fonction de l'action déployée à l'écran.

Plébiscite des services

Au-delà des possibilités de réservations via internet, le numérique apporte de nouvelles informations, appréciées des cinéphiles. Selon l'étude, 73,1% des sondés disent aimer glaner des anecdotes autour des films qu'ils ont choisi sur le web.

Le dématérialisé offre aussi un contact différent vis-à-vis des oeuvres disponibles presque partout, tout le temps. Plus de 90% des Français connaissent les services de vidéo à la demande et près de 80% savent comment y accéder. Mais ce savoir ne se traduit pas encore en action : plus d'un tiers d'entre eux, seulement, a déjà visionné un film sous cette forme, selon l'étude Médiamétrie. Le fait de ne plus posséder une oeuvre physiquement ne connaît plus l'aversion. 52,1% des sondés se disent intéressé par un service de stockage à distance (cloud computing) pour leur vidéothèque.

Enfin, l'arrivée prochaine de la télévision connectée plaît aux cinéphiles. 55,4% espèrent y trouver des informations complémentaires autour d'un film. Toujours plus de la moitié (50,4%) apprécierait les recommandations en fonction de leurs goûts, directement depuis leur téléviseur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant