Les CHU de Lille et Toulouse en tête du palmarès des meilleurs hôpitaux de France

le
0
Les CHU de Lille et Toulouse en tête du palmarès des meilleurs hôpitaux de France
Les CHU de Lille et Toulouse en tête du palmarès des meilleurs hôpitaux de France

Les CHU de Lille (1er) et Toulouse (2e) demeurent en tête de l'édition du palmarès des 50 meilleurs hôpitaux publics français étudiés pour la qualité de 63 spécialités médicales et chirurgicales. Ce palmarès, publié jeudi par le Point, souligne également la percée des femmes «docteures».

Depuis plusieurs années, ces deux hôpitaux du Nord et de Haute-Garonne caracolent en tête du tableau complété d'un palmarès des 50 meilleures cliniques privées prenant en compte 37 spécialités. Suivent le CHU de Bordeaux (3e), les hôpitaux universitaires de Strasbourg (4e), le CHU de Nantes (en hausse), celui de Montpellier (qui passe de la 5e à la 6e place), la Pitié-Salpêtrière-Paris (7e, en hausse), les CHU de Nancy (qui passe de la 15e à la 8e place), Rennes (9e), Grenoble (10e), Amiens (11e), Rouen (12e), Tours(13e), Caen (14e), Clermont-Ferrand (15e), Nice (16e) et Limoges (17e). Le centre hospitalier de La Roche-sur-Yon (50e) ferme le ban.

Selon cette enquête, pour figurer au classement final, un établissement doit fournir un service médical et chirurgical complet. Les établissements de soins spécialisés en sont donc écartés, mais apparaissent dans les classements sur la prise en charge des cancers ou des maladies infantiles.

Côté cliniques, le centre hospitalier privé Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine) garde la 1ère place, talonné par l'hôpital privé Jean-Mermoz (Lyon) et les Nouvelles Cliniques nantaises (Nantes). Les classements thématiques couvrent un large éventail des soins (hépatites virales, diabète, rhumatologie, cancers de la prostate, hernies, hypertension artérielle, chirurgies de l'obésité, de l'?il et du pied...). Au chapitre des nouveautés, la chirurgie de l'audition et celle du nez et des sinus (uniquement à l'hôpital).

Le Point décrit aussi une intervention de l'aorte sous hypnose à l'hôpital Saint-Joseph (Paris), «où le chirurgien et l'anesthésiste sont les seuls à pratiquer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant