Les choix de Gilbert Dupont dans le secteur parapétrolier

le
1
La valorisation du secteur reste globalement modérée dans un contexte de bas de cycle. (© Royal Dutsch Shell)
La valorisation du secteur reste globalement modérée dans un contexte de bas de cycle. (© Royal Dutsch Shell)

Un cycle sans précédent. La crise du secteur pétrolier depuis 2013 est la conséquence d’une offre abondante, résultant du fort développement des énergies non conventionnelles, et dans une moindre mesure du ralentissement de la demande.

Cette crise a aussi pour caractéristique sa durée (3 années de recul du prix du baril jusqu’à un point bas de près de 25 dollars) et la perspective d’un redémarrage très progressif. 

Gilbert Dupont remarque aussi que malgré le rebond du prix du baril depuis le deuxième trimestre, les résultats des compagnies pétrolières sont restés sous pression. Leur stratégie est focalisée sur la gestion de leurs coûts et la préservation de leur cash.

Les investissements en exploration & production devraient terminer 2016 sur un recul de 20 à 25% marquant pour la première fois de l’histoire une baisse pour la troisième année consécutive.

Les prévisions d’évolution du prix du baril restent encore timides à moyen terme (consensus estimé à 57 dollars en 2020), mais pourraient s’avérer suffisantes pour susciter une relance des investissements, compte tenu de la baisse des coûts d’exploitation. Pour nombre d’opérateurs, le seuil de 50 dollars constitue le nouveau seuil de rentabilité (80 dollars auparavant).

Retour à l’équilibre

Quelques signaux favorables commencent à émerger : une perspective prochaine de retour à l’équilibre

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fififif2 il y a un mois

    Gilbert se plante de façon honteuse sur les biotechs depuis des mois voir années en annonçant des objectifs 3 fois supérieurs mais sans aucun fondement alors les pétrolières ....?!