Les Choco BN craignent de se faire à nouveau croquer

le , mis à jour à 09:00
3
Les Choco BN craignent de se faire à nouveau croquer
Les Choco BN craignent de se faire à nouveau croquer

La marque n'était déjà plus française depuis 1973 mais, cette fois, la Biscuiterie nantaise (BN), créée en 1896, ne serait plus qu'en sursis.

 

Trois ans seulement après son rachat par la holding turque Yildiz, cette icône des goûters de notre enfance, avec ses célèbres BN et Choco BN inventés dans l'après-guerre, risque même, selon l'intersyndicale CGT-CFDT-CFE-CGC, de disparaître, d'abord avalée par un groupe étranger, puis digérée par la délocalisation de sa production. Inquiète, l'intersyndicale organise donc demain une assemblée générale des 410 salariés du site, à laquelle sont invités tous les élus du secteur. Non sans biscuits. Car il se passe des choses curieuses à Vertou (Loire-Atlantique), petite bourgade située aux portes de Nantes et où l'on produit le meilleur muscadet en même temps que les derniers biscuits BN depuis la fermeture des unités de Carquefou (Loire-Atlantique) et de Compiègne (Oise). « Il y a une semaine, pour la quatrième fois depuis septembre, relate Georges Ruiz, délégué CGT, on a vu défiler dans l'usine un groupe de personnes qui n'ont pas cessé de prendre des photos. »

 

Qui étaient ces visiteurs ? « Mystère. Il n'y a aucune trace de leur nom dans le registre des entrées », réplique Georges Ruiz, entré chez BN il y a trente-trois ans. La question est donc remontée jeudi dernier jusqu'à la direction qui s'est contentée de dire aux syndicats : « L'entreprise n'est pas à vendre. »

 

« Moi, quand je ne vends pas ma maison, je ne laisse pas les gens entrer pour prendre des photos », ironise le syndicaliste CGT. D'autres indices suscitent également l'inquiétude à Vertou où un nouveau DRH a pris ses fonctions début janvier. D'une part, il est embauché pour une durée limitée à six mois. D'autre part, les salariés, qui ont immédiatement recherché son CV sur Internet, ont découvert un cursus où les plans de licenciement s'affichent comme des trophées. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 9 mois

    Attention les petites mains .Il va falloir vous défendre...Vous avez mal voté ,alors il va falloir se battre aussi....

  • cidem il y a 9 mois

    ils devraient reprendre la boite, si elle est à vendre, et faire des BN AU CHOCOLAT et non pas des BN GOUT CHOCOLAT.

  • mucius il y a 9 mois

    Un fleuron de l'industrie française qui nous échappe?