Les Chinois, champions de l'évasion fiscale ?

le
1
Les transferts douteux se font via des sociétés commerciales légales qui servent de prête-noms (photo d'illustration).
Les transferts douteux se font via des sociétés commerciales légales qui servent de prête-noms (photo d'illustration).

Moins présents sur la scène médiatique que leurs homologues russes ou italiens, les groupes criminels chinois prospèrent dans l'ombre. Alors que les coups de filet contre les commerces illégaux, les ateliers de confection clandestins ou les filières de prostitution tendent à se multiplier sur le territoire national, les autorités policières françaises et européennes s'alarment du phénomène de fuites massives de capitaux non déclarés vers la Chine. S'il est difficile aujourd'hui de mesurer financièrement le phénomène en France, les enquêteurs cernent le fonctionnement de ces escroqueries. "L'évasion fiscale en direction de l'Asie ne repose pas sur les mécanismes de blanchiment de capitaux relevant d'une criminalité organisée classique ou visible", explique-t-on du côté du Service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco). "Elle s'organise au travers d'activités économiques d'apparence légale, mais, en réalité, elles sont systématiquement contrôlées par des membres du crime organisé chinois." Des liasses de billets dans les valises Devant la sagacité des enquêteurs, les groupes criminels ont dû s'adapter. Ces dernières années, plusieurs affaires ont mis en lumière l'existence de sociétés commerciales déclarées, implantées sur le territoire national, qui étaient destinées à favoriser ce transfert d'argent vers la Chine. En janvier, les policiers hexagonaux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le jeudi 10 avr 2014 à 09:40

    Des communistes fraudeurs ??? Non, c'est pas possible, cela n'existe pas ! Si ? Ha bon !