Les Chinois atteints du syndrome Depardieu?

le
0
Les Chinois n'ont pas encore leur vedette nationale de cinéma qui s'exile à l'étranger, mais ils s'inquiètent de plus en plus de la ­fuite de leurs hommes d'affaires.

Bien loin des images de Lucky Luke, les Chinois ne partent plus poser des rails ou ouvrir une blanchisserie au Far-West. Ils achètent des appartements, ce qui leur octroie un permis de résidence, avant de transférer leur entreprise et tous leurs biens.

Les sommes en jeu ne sont pas minces. Selon le «rapport annuel de l'immigration chinoise internationale 2012» du gouvernement, 50% des projets d'investissements envisagés par les Chinois aux États-Unis dépassent 500.000 dollars chacun.

Les États-Unis destination favorite

De même, une étude de la China Merchant Bank montre que 60% des Chinois qui ont plus de 1,6 million de dollars de côté veulent émigrer tôt ou tard. En 2011, ils étaient 150.000 à avoir obtenu un permis permanent de résidence aux États-Unis, au Canada, en Austral...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant