"Les chiffres de la faim dans le monde sont à jeter à la poubelle"

le
0
Pour Thomas Pogge, professeur à l'université de Yale, on pourrait avec plus de volonté politique s'attaquer à l'extrême pauvreté.
Pour Thomas Pogge, professeur à l'université de Yale, on pourrait avec plus de volonté politique s'attaquer à l'extrême pauvreté.

Spécialiste de la philosophie politique, disciple de John Rawls dont il a étudié en profondeur la Théorie de la justice, Thomas Pogge s'est intéressé aux critères permettant d'évaluer la faim dans le monde ainsi que l'extrême pauvreté. Sa dernière étude se base sur les chiffres de la FAO (Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) et les OMD (objectifs du millénaire pour le développement). Il explique pourquoi nous ne pouvons croire que la faim, qui a tué 450 millions de personnes en 25 ans, tend à disparaitre dans le monde comme l'affirme l'ONU.

Le Point.fr : Vos recherches montrent l'inefficacité des indices permettant d'évaluer la faim dans le monde. Sont-ils faux ?

Pour les institutions internationales et les dirigeants politiques, le plus important est de montrer un progrès. Or ils ne sont probablement pas aussi bons qu'ils le prétendent. Le problème, c'est justement que l'on ne sait pas, car les mesures ne sont pas fiables.

Pourquoi ?

Il y a deux choses. D'abord, c'est une erreur de mesurer l'indice de sous-alimentation de façon binaire, entre les sous-alimentés et les bien alimentés. Cette évaluation est trop simpliste. La FAO ne prête attention qu'à ceux qui, selon elle, sont sous-alimentés (soit les personnes en dessous de 1 800 calories par jour). Mais mesurer...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant