Les cheveux blancs de Ghislain Anselmini

le
0
Les cheveux blancs de Ghislain Anselmini
Les cheveux blancs de Ghislain Anselmini

Il a été condamné à cinq ans de prison pour l'enlèvement de Fabrice Fiorèse, son ancien ami. Mais comment Ghislain Anselmini en est-il arrivé là ? Portrait.

Il a les traits plus tirés. Les rides plus prononcées et quelques cheveux blancs naissants. Quand il arrive la semaine dernière à la Cour d'Assise de Savoie, à Chambéry, Ghislain Anselmini n'a plus rien à voir avec le joueur qu'il était. Doudoune sombre et chemise bleue cachée sous un pull noir. Barbe fournie, bien taillée et des petites lunettes discrètes. Rien d'anormal. Juste un ancien sportif à la retraite. Non, ce qui frappe vraiment, c'est son regard. Il avance, il sait où il va mais son regard semble figé. Ses yeux restent vides. Comme s'il en avait vu d'autres et qu'il savait désormais où trouver refuge. Il assume mais semble indifférent à ce qu'il se passe autour de lui. Car depuis la fin de sa carrière, au début des années 2000, Ghislain se cherche, sans jamais vraiment se trouver. Il a passé ses diplômes d'entraîneur, s'est investi dans chacun des clubs amateurs dans lesquels il est passé, mais rien à faire. Il traine son sens de l'humour, sa carapace, son blues et sa poisse de partout. Jusqu'à ce fameux jour de 2012, où il refait parler de lui. Mais certainement pas comme il le souhaitait.

Ghislain, le grand frère


Son père était dirigeant du club de foot du Coteau. Sa mère tenait un magasin de fleurs à Cours-la-Ville. C'est d'ailleurs là que Ghislain grandit au début des années 70 et commence à jouer au foot. Un enfant sans problème, si ce n'est d'être plutôt doué ballon au pied. À quatorze ans, il intègre le centre de formation de l'OL. Et c'est dans son club de cœur qu'il rencontrera pour la première fois Fabrice Fiorèse. Ghislain a cinq ans de plus que lui et leur amitié, leur relation fraternelle, débute à l'aube des années 90. Quand Ghislain commence à faire ses premières apparitions en D1. Des débuts compliqués d'ailleurs. Durant deux ans, Raymond Domenech ne lui offre que cinq apparitions. Ghislain décide donc de s'essayer en prêt à Guingamp. En un an, il fait ses preuves en Bretagne et force Jean Tigana, Guy Stéphan et Bernard Lacombe, entraîneurs successifs à Lyon, à le titulariser lors de son retour au club.

Une deuxième place la première année, l'Europe et une finale de Coupe de la Ligue la deuxième, un 8-0 contre l'OM lors de la troisième et un seizième de finale d'UEFA pour ponctuer la quatrième année. Malgré ce succès relatif, il…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant