Les chevaux, nouvelle passion chinoise

le
0
Trente ans après l'ouverture économique, les Chinois les plus aisés ne boudent plus les sports bourgeois.

L'endroit est assez symbolique des disparités du boom économique chinois. D'un côté une usine beige d'un autre âge et ses trois cheminées rayées rouge et blanc qui crachent leur fumée dans l'air marin de ce rivage, de l'autre les collines boisées du très huppé Nine Dragons Hill. Dans ce club privé situé à une heure et demie de Shanghaï, les Chinois fortunés de la région se retrouvent le week-end venu pour prendre un bol d'air et échapper au tumulte de la métropole chinoise.

C'est ici qu'a ouvert le premier terrain de polo de la région, il y a cinq ans. Aujourd'hui, une trentaine de membres, qui ont payé leur adhésion plus de 50.000 euros, s'y réunissent régulièrement. Nine Dragons Hill a investi 150.000 euros dans la construction du terrain de polo. Le club est même allé chercher des coachs jusqu'en Argentine. «Le niveau n'est pas très élevé, mais ce...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant