Les cheikhs et mat

le
0

À Melbourne, un groupe d'expatriés argentins se bat pour la survie de leur club amateur. Et l'adversaire est coriace : le City Football Group, holding surpuissante qui gère les droits de Manchester City et qui a décidé d'outrepasser les lois pour modifier le nom de sa dernière acquisition. Récit d'une aventure entre potes, devenue croisade contre des milliardaires.

"Ils sont venus nous voir à l'entrainement. Puis ils assistaient discrètement au match. Enfin, discrètement pas tellement. Tu remarques rapidement un cheikh en tribune pour un match d'amateurs argentins en Australie. On a eu pas mal de réunions avec eux. Ils nous ont promis de l'aide. Rien d'économique, mais des équipements pour nos entrainements, des ballons, et des cours de formation pour les entraineurs. Mais ça ne nous intéressait pas". Leonel Malik entraine l'équipe amateur la plus cosmopolite de l'état de Victoria, au sud-est de l'Australie: le Melbourne City FC. "Le vrai" précise-t-il. "On a voulu nous voler notre identité. C'est pour cela qu'on le répète haut et fort" ajoute le coach. Mais qui aurait bien pu vouloir voler le blase d'une équipe amateur ?

Les emplettes de City


Nous sommes en 2013, et le City Football Group, société faîtière qui gère les droits de Manchester City souhaite étendre son empire. La création d'une franchise à New-York est un projet en cours de réalisation, et l'Australie apparaît alors comme une cible lucrative. La société basée à Abu-Dhabi jette son dévolue sur les Melbourne Hearts. Une offre de douze millions de dollars fera l'affaire. À l'instar de sa filiale américaine – le New York City FC – l'entreprise décide de rebaptiser sa nouvelle acquisition avec le même sigle. Le Melbourne City FC voit le jour. Problème, ce nom existe déjà. Il appartient même à une bande de potes qui se réunit deux à quatre fois par semaine tâter le ballon, et ce depuis 1990. Le City Football Group tente donc de soudoyer les argentins : "Ils nous ont demandé combien nous voulions pour vendre le nom. Je leur ai répondu qu'on ne voulait pas de leur argent" raconte le natif de Rosario. Le City Football Club décide tout de même de déposer le nom à la fédération. Le début d'un long combat pour le "vrai" Melbourne City FC.

Titre de champion et asados


Fondé par une communauté d'argentins exilés, le Melbourne City FC compte aujourd'hui une équipe junior et sénior. Le club joue aujourd'hui en "Men's State League 4 West", quatrième division de l'état de Victoria (sud-est de l'Australie), et sixième échelon national. Composée aussi de colombiens, de chiliens mais aussi de libanais et d'anglais, l'équipe a remporté le titre cette…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant