Les "chat bots", ces nouveaux envahisseurs à l'assaut des smartphones

le
0
Les "chat bots", ces nouveaux envahisseurs à l'assaut des smartphones
Les "chat bots", ces nouveaux envahisseurs à l'assaut des smartphones

Utiliser l'intelligence artificielle pour créer de lucratives interactions entre consommateurs et entreprises sur les populaires messageries mobiles comme WeChat ou Facebook Messenger: c'est ce qui motive la prochaine invasion annoncée dans le secteur technologique, celle des "bots".Les bots sont des logiciels informatiques réalisant des tâches automatisées, présents depuis longtemps dans l'ombre du web, que ce soit pour scanner les pages référencées par les moteurs de recherche ou transformer des ordinateurs en zombies lors de cyber-attaques.Mais une espèce particulière fait le buzz aujourd'hui: les "chat bots" --qui pourrait se traduire "discussion robotisée"--, rendus interactifs par une touche d'intelligence artificielle pour simuler une conversation avec un être humain sur une messagerie ou un réseau social --et ainsi vendre des services, vêtements ou autres billets d'avions.Messenger, la messagerie instantanée à 900 millions d'utilisateurs de Facebook, vient de leur ouvrir grand ses portes.Ils se sont déjà invités chez les rivales WeChat, Telegram ou plus récemment Kik. Microsoft a aussi lancé l'offensive fin mars, son patron Satya Nadella affirmant même que "les bots sont les nouvelles applications" mobiles.- Call-center de l'ère mobile -D'après la société eMarketer, plus de 1,4 milliard de consommateurs ont utilisé une application de messagerie l'an dernier, soit 75% des utilisateurs de smartphones dans le monde. Autant de clients potentiels pour les entreprises qui s'immisceront dans ces conversations.Les bots sont pour elles comme les centres d'appel des années 1960-70: une technologie pour interagir à grande échelle avec les consommateurs, avance Brian Solis, analyste chez Altimeter.Il y voit aussi un prolongement de la tendance initiée par des applications comme Uber, qui ont "conditionné les consommateurs à attendre des services qui viennent à eux", avec des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant