Les chasseurs de Pokémon préfèrent rester au chaud

le , mis à jour à 08:47
0
Les chasseurs de Pokémon préfèrent rester au chaud
Les chasseurs de Pokémon préfèrent rester au chaud

La chasse aux Pokémon repart de plus belle ! Mais attention, pas question cette fois-ci de sillonner les rues de son quartier avec son smartphone en guise de détecteur de monstres. Les deux jeux commercialisés aujourd'hui, Pokémon Lune et Pokémon Soleil, sont des cartouches à insérer dans une console de jeux vidéo portable 3DS de Nintendo. Autant dire qu'ils s'adressent d'abord aux enfants de 6 à 12 ans.

 

L'engouement pour l'application mobile Pokémon Go, véritable phénomène de l'été téléchargé plus de 500 millions de fois de fin juillet à début septembre, s'est largement essoufflé. De 40 millions d'utilisateurs par semaine au plus fort de la folie Pokémon Go, quand on croisait des grappes de fans ratissant les moindres recoins d'une zone dans l'espoir de capturer un monstre virtuel « rare », le nombre de chasseurs a désormais fondu à moins de 15 millions dans le monde. Même les plus accros se lassent. « J'y joue encore, mais beaucoup moins que cet été, reconnaît Sabrina, une inconditionnelle parisienne de 37 ans. J'essaie de compléter ma collection — je suis à 106 Pokémon sur quelque 120 au total, mais la progression devient de plus en plus difficile, ce qui rend le jeu très répétitif. Il n'a pas su se renouveler en offrant de vraies mises à jour pour corriger ses défauts relevés par les fans. »

 

Opérations spéciales

 

Une autre raison, bien plus terre à terre, vient expliquer cette chute d'audience. « La météo y est bien sûr pour quelque chose, poursuit Sabrina. Partir à la chasse en novembre, dans le froid et la pluie, c'est bien moins marrant que l'été sous le soleil ! » La société Niantic Labs, qui commercialise Pokémon Go, compte désormais sur des événements spéciaux pour que la flamme ne s'éteigne pas complètement. Comme cette opération à l'occasion de la fête de Halloween fin octobre qui a permis de doubler les revenus générés par les achats de bonus dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant