Les charlatans de la médecine sur la sellette

le
0
Certaines thérapies dites alternatives ouvrent la voie à des dérives sectaires.

À la recherche de traitements sans effets secondaires, d'une médecine plus humaine ou «plus à l'écoute», les Français sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les thérapies alternatives. Ils seraient 40 % à avoir recours à ces pratiques dites «non conventionnelles», dont l'efficacité n'est pas avérée par la science. Or cet engouement n'est pas anodin. «Ces méthodes alimentent la suspicion ambiante vis-à-vis de la médecine traditionnelle, des vaccins et des médicaments», observe Patrick Romestaing, au Conseil national de l'ordre des médecins. Plus grave, «elles ouvrent la porte à des praticiens peu scrupuleux, voire à des dérives sectaires», renchérit-on à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Faut-il réglementer ou contrôler plus étroitement les médecines parallèles? C'est ce que pense le Sénat, qui a nommé le ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant