Les Chantôme du passé

le
0
Les Chantôme du passé
Les Chantôme du passé

Absent cet après-midi du milieu de terrain bordelais pour cause de suspension, Clément Chantôme est pourtant loin d'être fantomatique depuis son départ de Paris. La force d'un homme discret, à la volonté de fer sur la pelouse et au flegme tranquille à la ville, qui a construit son caractère sur deux drames qui ont marqué son enfance. Portrait.

"Bonjour ! Moi, je m'appelle Clément, je rêve de devenir joueur professionnel au Paris Saint-Germain." Le petiot a 11 ans. Haut comme trois pommes, maillot Opel blanc et rouge sur le dos et entouré de ses deux parents, le blondinet se présente pour la première fois devant Thomas Chereau, éducateur au club du Mée SF en Seine-et-Marne. Déjà, une idée fixe : passer sa vie dans son club de cœur. Plutôt amusé, son futur entraîneur lui dit d'aller se changer aux vestiaires : "C'est normal à son âge. Il n'est pas le seul à avoir ce rêve, à vouloir jouer plus tard au PSG. À ce moment-là, je lui dis un truc dans le genre : "C'est bien mon garçon."" Parce qu'à l'époque, Clément est presque le seul à croire en lui. Même sa mère, consciente de la difficulté de percer dans le foot, ne s'imagine pas une seconde qu'il puisse réussir. Mais c'est bien à Savigny que le gamin se met à rêver plus grand. "C'était un petit garçon qui en voulait beaucoup, très travailleur, déterminé, avec beaucoup de bonne volonté", reprend Thomas. Aujourd'hui, on peut le dire : Clément a mis les deux pieds dans son rêve avant de s'en extraire à pieds joints. Forcément, car rien ne se passe jamais comme prévu dans la vraie vie.

Docteur Clément et Mister Chantôme


Au Mée, Clément joue numéro 10. Petit mais vif, chétif mais percutant, leader sur le terrain mais pas dans les vestiaires : "C'était un talent précoce, mais il fallait le canaliser. À l'époque, il était capable de faire la pluie, mais aussi le beau temps sur le terrain", explique son ancien éducateur. Car de son propre aveu, Clément est un enfant turbulent sur le pré vert, quasi schizophrène balle au pied. Parfois excellent et plein de maîtrise, parfois complètement à côté de ses pompes. Pour son entraîneur, il s'agit surtout d'une question de caractère : "Lors d'une finale de coupe district 77 sud contre Moissy, à la mi-temps on perdait 2-0. Ça ne lui convenait pas, il boudait, il était loin de donner son meilleur niveau. Et puis après un petit taquet à la mi-temps, il a tout remis dans l'ordre. Je ne vais pas dire qu'il nous a fait gagner le match, mais il a beaucoup mieux joué et on a fini par l'emporter 3-2. Quand il était bien luné, c'est certain, le collectif s'en portait mieux." C'est sûr, pendant deux années, Clément se la joue Docteur Jekyll et Mister Hyde dans son petit club de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant