Les chantiers navals européens courtisent Brésiliens et Chinois

le
0
Confrontés à la baisse des commandes de leurs clients européens, ils construisent des ateliers au bout du monde.

«C'est fini, les Italiens, on n'en voit plus.» Le constat est partagé par de nombreux exposants du Salon de la plaisance de Cannes, qui se tient depuis mardi jusqu'à dimanche dans le vieux port, derrière le Palais des festivals, et sur le port Pierre-Canto, face aux îles de Lerins.

Si les grands chantiers restent implantés en Europe, leur clientèle est ailleurs, et les capitaux commencent à changer de main. Ainsi, le groupe italien Ferretti (marques Riva, CRN, Itama, Pershing), détenu depuis peu à 75 % par le chinois Weichai Group, qui a posé 412 millions d'euros sur la table, prospecte pour la construction d'un chantier en Chine. «Nous prévoyons de le construire entre Pékin et Shanghaï. Ses productions seront dédiées à ce marché et à ses aspirations, notamment les primoaccédants, affirme le directeur général, Ferruccio Rossi. Nous enregistrons une croissance de 30 % sur le marché Asie-Pacifique, alors que 60 % de nos ventes se réalisent hors d'Europe.»

Au

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant