Les changes pèsent sur le 1er semestre de Kering

le
0
GUCCI DANS LE ROUGE AU 2E TRIMESTRE
GUCCI DANS LE ROUGE AU 2E TRIMESTRE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering est parvenu à stabiliser sa croissance organique au premier semestre grâce à Bottega Veneta et Saint Laurent, tandis que les effets de change négatifs ont pesé sur la marge opérationnelle.

Le groupe de luxe, également propriétaire de Puma, a annoncé mercredi avoir signé un accord pour acquérir la totalité du capital d'Ulysse Nardin, prestigieux horloger suisse qui compte parmi les dernières manufactures indépendantes du pays et dont les ventes sont estimées à environ 250 millions de francs suisses (205 millions d'euros environ).

Cette acquisition d'une manufacture qui produit ses propres mouvements et qui va apporter d'importantes capacités de production aux autres marques horlogères du groupe (Girard-Perregaux, Jean Richard) s'est faite sur la base d'un multiple de 13 fois l'excédent brut d'exploitation d'Ulysse Nardin.

Contre toute attente, Gucci, marque phare du groupe qui pèse pour environ 65% de sa rentabilité, est passée dans le rouge au deuxième trimestre, accusant une baisse de ses ventes de 2,4%.

La marque a souffert d'une correction largement attendue au Japon après une explosion des ventes (+32%) en début d'année avant un relèvement de TVA. Mais aussi d'une forte baisse à Singapour, Taïwan et Hong Kong, tandis qu'en Europe, la demande locale est restée faible et les flux touristiques ralentis, notamment en provenance de Russie pour cause de crise ukrainienne et de baisse du rouble, mais aussi de Chine.

Malgré un environnement qui s'annonce toujours difficile, le groupe dit anticiper un retour à une croissance positive pour Gucci au second semestre qui pourrait avoisiner 4% à 6%.

"Nous avons une amélioration séquentielle des ventes en juillet qui permettent d'envisager un redressement", a déclaré Jean-Marc Duplaix, le directeur financier de Kering.

La baisse de Gucci a été compensée par les très solides performances de Bottega Veneta et Saint Laurent, dont les ventes ont grimpé de 20% et 29% respectivement.

Au total, les ventes de Kering ont totalisé 4,747 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année (en hausse de 1,5% en données publiées), un chiffre en ligne avec les 4,73 milliards du consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

A taux de change constants, la croissance organique ressort à 4%, dont 4% pour le seul deuxième trimestre, dépassant légèrement les attentes des analystes qui tablaient sur 3%.

Le résultat opérationnel du groupe recule de 3,9% à 810,2 millions d'euros, un chiffre supérieur aux 798 millions attendus, mais progresse de 6,2% hors impacts défavorables de change liés à la baisse du dollar et du yen face à l'euro.

La marge opérationnelle cède 90 points de base à 17,1%, sous la pression d'effets de change négatifs, du ralentissement de Gucci et des contre-performances de l'équipementier sportif Puma, qui a vu son résultat opérationnel divisé par plus de deux.

(Edité par Matthieu Protard)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant