Les Césars, une diversité en trompe-l'½il ?

le
1
L'actrice Soria Zeroual pose avec sa nomination de Meilleur Actrice pour les Césars, le 6 février 2016 à Paris.
L'actrice Soria Zeroual pose avec sa nomination de Meilleur Actrice pour les Césars, le 6 février 2016 à Paris.

Les membres de l’Académie des Césars ont fait preuve d’un talent électoral remarquable qui a remodelé la réalité d’un cinéma français, bien moins divers que ce que voudraient faire croire les nominations 2016.

Annoncée le 21 janvier, une semaine après les nominations aux Oscars, la liste des films et des artistes retenus pour les Césars, qui seront remis vendredi 27 avril, a été l’occasion d’une bouffée d’orgueil patriotique et internationaliste. Alors que l’industrie américaine du cinéma n’avait pas réussi à nommer un seul acteur issu des minorités dans les quatre catégories concernées, on voyait, en France, un comédien sri-lankais, Anthonythasan Jesuthasan, concourir pour le César du meilleur acteur, aux côtés de Gérard Depardieu, Vincent Cassel, Vincent Lindon, Fabrice Lucchini, Jean-Pierre Bacri ou François Damiens et deux actrices marocaine et algérienne, Lubna Abidar et Soria Zeroual disputer le trophée de la meilleure actrice à Emmanuelle Bercot, Cécile de France, Catherine Deneuve, Catherine Frot ou Isabelle Huppert. Sans parler des neuf nominations de Mustang, film produit par des structures françaises, réalisé en Turquie et en turc par une femme, Deniz Gamze Ergüven.

Alors que les votants de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (AMPAS), dont on répète depuis maintenant plusieurs années qu’ils sont dans leur immense majorité mâles, blancs et vieux, n’avaient pas été capables de reconnaître la valeur des quelques grandes productions afro-américaines de l’année – Creed, de Ryan Coogler, ou Straight Out Of Compton, de F. Gary Gray – le corps électoral de l’Académie des Césars était parvenu à donner du cinéma français une image idéalement cosmopolite.

L’autosatisf...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 12088907 il y a 11 mois

    Le cinéma français célèbre l'infériorisation des femmes en invitant une australopithèque sur la scène des Césars