Les cerveaux français préfèrent les États-Unis

le
0
Selon l'Institut Montaigne, cet exode touche particulièrement les scientifiques et les économistes.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

On avait coutume, jusqu'ici, de déplorer le manque de mobilité des jeunes Français, et leur peu d'entrain à étudier à l'étranger. La situation s'améliore. Mais un rapport de l'Institut Montaigne tend à refréner les satisfecit face à cette poussée d'expatriation chez les étudiants français. Car les jeunes gens qui passent une année aux États-Unis durant leurs études ont tendance à y prendre goût. Pire, ces départs toucheraient principalement les meilleurs chercheurs, plus enclins que les autres à aller chercher sous le ciel américain les conditions qu'ils ne trouvent pas en France. Le rapport rédigé par Ioanna Kohler, directrice des programmes de politique sociale à la French-American Foundation, à New York, et intitulé Gone for Good? Partis pour de bon? Les expatriés de l'enseignement supérieur français aux États-Unis, montre l'image d'une recherche française peu attirante pour ceux qu'elle a formé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant