Les cerisiers de Fukushima refleurissent

le
0
VIDÉO - Deux mois après le violent séisme, les Japonais se sont remis au travail. D'un paysage de cauchemar, ils passent à l'état lunaire avec une incroyable énergie, un courage qui a bouleversé l'Occident.

/param

Parfois, on voudrait fermer les yeux. Mais depuis ce matin, nos yeux ont une étrange avidité. Ces paysages que nous chérissons tant dans nos songes japonais - des boqueteaux, des cryptomères, les plantations de thé, les placettes asymétriques, temples, serres, maisonnettes, gazon vert vif -, ces paysages si bien rangés, comme des plumiers d'écoliers... tout ceci n'est plus. L'obscénité signifie : ce qui se tient devant. Devant nous, juste un paysage meurtri, buté. Quelques maisons se dressent insolemment, façon Hiroshima. Pourquoi celle-ci et ses fenêtres cariées ? La voiture avance dans les décombres. Le temple est un peu plus loin, troisième rangée d'amas conglomérés, à gauche. Pas un chat, juste le vent qui fouille sa rage. Il fait beau mais terriblement froid. Rien à voir cependant après ce qui se passa le 11 mars. Sitôt le ravage terminé, la nature étendit lentement son linceul: neige pendant une heure.

Nous n'avions pas rendez-vous ; nous les savions

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant