Les cercueils de deux illustres résistantes entreront au Panthéon... vides !

le
1
Les cercueils de deux illustres résistantes entreront au Panthéon... vides !
Les cercueils de deux illustres résistantes entreront au Panthéon... vides !

Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz vont faire leur entrée au Panthéon le 27 mai. Tout au moins symboliquement. Car les familles de ces deux grandes figures féminines de la Résistance ont obtenu que les dépouilles ne soient pas transférées à Paris selon une information du «Progrès».

«Nous sommes très heureux que Germaine entre au Panthéon», explique sa nièce Emilie Sabeau-Jouannet au quotidien régional, «mais nous ne tenons pas à ce que son corps quitte la tombe familiale, je souhaite qu'elle ne soit pas séparée de la famille». La dépouille de cette pionnière de l'ethnologie, décédée centenaire en 2008 restera au cimetière de Saint-Maur-des Fossés (Val-de-Marne).

Il en sera de même pour celle de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, la nièce du Général, et amie intime de Germaine Tillion. L'ancienne présidente d'ATD Quart-Monde, décédée elle en 2002, avait souhaité être enterrée près de son époux, Bernard Anthonioz à Bossey, en Haute-Savoie. Une dernière volonté qui sera respectée. Sa famille «ne souhaite pas qu'elle soit séparée de son mari» confie Emilie Sabeau-Jouanne à l'AFP. «Dans les deux cas il s'agit d'une motivation d'origine familiale.» L'Elysée, qui décide des candidats à la «panthéonisation», a reçue la demande «avec grande compréhension» assure-t-elle. 

De la terre prélevée sur les tombes

Le 21 février 2014, François Hollande avait annoncé au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine) l'entrée au Panthéon de quatre grands résistants : ces deux femmes ainsi que deux hommes, Pierre Brossolette et Jean Zay. Le 27 mai, les spectateurs verront pourtant bien quatre cercueils entrer dans le monument. Sauf que deux seront vides. A la place des dépouilles, il y aura une petite urne avec de la terre prélevée sur les tombes de Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle.

Ce n'est pas la première fois que les dernières volontés priment. En 2011, Nicolas Sarkozy, alors ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 13 mar 2015 à 17:08

    Vivement qu'il y ait Hollande, au moins on sera sûr que son pouvoir de nuisance sera nul.