Les centristes se mobilisent contre la déchéance de nationalité

le
0
Soixante-huit députés de la majorité, dont Jean-Louis Borloo, ont cosigné un amendement de suppression.

Décriée à gauche, dénoncée par une partie de la droite, l'extension de la déchéance de nationalité aux assassins de policiers va dominer les débats sur l'immigration qui reprennent cet après-midi à l'Assemblée nationale. L'exercice s'annonce d'autant plus délicat pour le nouveau ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, qu'une partie de la majorité se braque contre cette mesure qui répond au vœu exprimé par Nicolas Sarkozy dans son discours de Grenoble du 30 juillet.

Mais, depuis, le départ de Jean-Louis Borloo du gouvernement et la volonté de réunir les centres dans une confédération pour contrer l'aile droitière de la majorité ont modifié le climat politique. Soixante-huit députés de la majorité (UMP, ex-UDF, radicaux et Nouveau Centre), dont Jean-Louis Borloo et Hervé Morin, ont cosigné un amendement pour supprimer cette mesure, votée à l'Assemblée le 30 septembre, retoquée au Sénat le 4 février, puis rétablie par la commission des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant